×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Competences & rh

L’université de Tanger s’associe aux industriels

Par Ali ABJIOU | Edition N°:4902 Le 22/11/2016 | Partager
Deux nouveaux centres, de prototypage et de R&D, leur seront ouverts
La part des formations professionnalisantes passe à 70%
21 nouvelles filières sur des métiers d’avenir en cours d’accréditation
houdaifa_ameziane_002.jpg

Selon Houdaifa Ameziane, président de l’Université Abdelmalek Essaâdi, deux objectifs prioritaires ont été définis pour cette année: mutualiser les ressources en matière de recherche, et ouvrir la faculté de médecine (Ph. Adam)

 

- L’Economiste: La région de Tanger se positionne en pôle d’excellence en matière d’industrie. Comment l’université accompagne ce développement?

- Houdaifa Ameziane: En effet, la région est en train de devenir un pôle industriel important, avec l’installation de multinationales et de grandes marques dans l’automobile, l’aéronautique, la chimie et parachimie, le textile-habillement, ou encore l’agro-industrie. Pour accompagner ce développement, nous avons multiplié les partenariats avec le monde socioéconomique. Cela nous permet d’être à l’écoute des opérateurs et de connaître leurs besoins en formation. Non seulement pour adapter notre offre initiale avec des cursus bien ficelés, mais aussi afin de développer des formations continues, diplomantes et qualifiantes, à l’intention d’un large public de professionnels.

- Quels sont vos chantiers prioritaires?
- Sur le plan de la recherche scientifique, l’université ambitionne durant l’année 2016-2017 de réorganiser ses structures de recherche. Ceci dans le souci de promouvoir la production scientifique et d’encourager la recherche appliquée et la recherche-action. La démarche nous permettra aussi de mutualiser les ressources et d’augmenter la visibilité de nos laboratoires. L’objectif majeur est d’opérationnaliser les quatre centres de recherche existants (deux à Tanger et deux à Tétouan), en leur fournissant les moyens humains et matériels nécessaires pour les rendre productifs. Par ailleurs, deux autres grands centres de recherche seront créés avec un appui conséquent de la région, soit une enveloppe budgétaire de plus de 10 millions de DH. Il s’agit  d’un centre de prototypage et d’un deuxième de recherche en plasturgie et métallurgie, qui travailleront en étroite collaboration avec les grandes entités industrielles de la région.
- L’université avait annoncé il y a quelques années sa volonté de renforcer les formations professionnalisantes. Où en êtes-vous actuellement?
- A date d’aujourd’hui, nous disposons de plus de 196 filières ouvertes en formation initiale, et de plus de 70 filières en formation continue. L’Université Abdelmalek Essaâdi a fait le choix de réorienter son offre de formation vers une plus grande professionnalisation. Cette décision nous l’avons prise parce que nous sommes convaincus que le rôle de l’université du troisième millénaire ne se limite pas uniquement à transmettre le savoir. Elle doit aussi accompagner et faciliter l’insertion de ses lauréats dans la vie professionnelle, en les dotant d’outils et de connaissances techniques et pratiques. C’est ce qui nous a poussés à encourager nos enseignants à proposer de plus en plus de filières techniques et professionnalisantes en partenariat avec les opérateurs économiques. La part de ces filières est ainsi passée à 70% en 2015/2016.
Nous poursuivrons cet effort cette année, puisque nous avons proposé pour accréditation quelque 21 nouvelles filières adaptées aux métiers d’avenir. Des métiers qui sont très sollicités par les entreprises (big data, génie énergétique, génie industriel, génie civil, mécatronique, etc.), que ce soit au niveau du master, du diplôme d’ingénieur, DUT ou du niveau licence.

La Région finance

67,9 millions de DH, c’est le montant que la région Tanger-Tétouan-Al Hoceïma s’engage à débloquer, dans le cadre d’un partenariat stratégique conclu avec l’Université Abdelmalek Essaâdi. Il s’agit là d’un record à l’échelle nationale. Cette mise servira à renforcer la capacité d’accueil par la construction de quatre blocs pédagogiques (des amphithéâtres et des salles de cours) de 2.560 places supplémentaires. Elle financera également la création d’une nouvelle Ecole nationale de commerce et de gestion (ENCG) sur le campus d’Al Hoceïma. Quelque 5 millions de DH seront, par ailleurs, consacrés aux bourses sociales, soit l’équivalent de 1.250 bourses destinées aux étudiants méritants mais démunis.

Propos recueillis par Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc