×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Saisissez la main d’Ali Benmakhlouf…

Par Nadia SALAH | Edition N°:4886 Le 28/10/2016 | Partager
Un étrange livre sur de tout petits riens très importants
«Ne tenons-nous pas les uns aux autres par la parole?»
La conversation mêle le savoir à la saveur
ali_benmakhlouf_2_086.jpg

Le Pr. Benmakhlouf, ici en conférence au Forum de Paris-Casablanca Round, joue sur de multiples ressorts et propose d’explorer des cavernes de savoirs et de réflexions. Une caverne parmi d’autres: «Le vide de la conversation produit du mal politique» ou bien «une conversation qui s’envenime devient une menace pour le pouvoir» ou encore «la démocratie est un gouvernement par la discussion» (Ph. L’Economiste)

Prendre un livre du Pr. Ali Benmakhlouf, ou bien écouter un podcast(1) c’est donner la main et se laisser conduire par un savant trop modeste. Il est pourtant capable de  vous emmener dans les délices du savoir et du «savoir-penser». Un savoir immense, dynamique et délicat: c’est la marque de fabrique  de ce philosophe qui a tenu une chronique régulière dans les colonnes de L’Economiste(2).
Son avant-dernier livre «Pourquoi lire les philosophes arabes, l’héritage oublié», chez Albin Michel, a rencontré un immense succès. Il a été réédité plusieurs fois. Pas la peine de faire un dessin pour en comprendre les raisons.
L’avant-avant-dernier aurait dû avoir le même succès en France. Il aurait aidé à poser l’impossible dilemme de l’identité que l’Hexagone: «L’identité, une fable philosophique», chez PUF en 2011. Rien n’interdit de le lire ici et d’aller le raconter aux amis de France(3).
 Le dernier-né, le 18e, «La conversation comme manière de vivre» est déroutant: quelle idée de se mettre à réfléchir, et à écrire plus de 200 pages, sur quelque chose d’aussi anodin que le bavardage!? Pas du tout: la conversion n’est pas un sujet aussi frivole qu’on le croit: «Ne tenons-nous pas les uns aux autres par la parole?».

ali_benmakhlouf_livre_086.jpg

Le 18e livre du philosophe Ali Benmakhlouf traverse la littérature et la philosophie d’une manière jubilatoire et toujours assez érudite pour savoir où pêcher le meilleur poisson

Avec cette question, tout de suite le livre prend un autre tour. Le bavardage c’est du sérieux.

Sauf que l’auteur s’amuse, au détour d’un paragraphe ou d’un chapitre, à poser des chausse-trappes: «c’est parce que c’est sérieux que la conversation doit rester badine». Ou bien encore: «il faut rétablir le bienfait de la conversation, contre le babil nocif».  Il convoque une nuée de philosophes, dont son cher Montaigne et sans oublier la petite Alice (de Lewis Carroll), qui fabriquait des chats en jacassant. Tout le livre est une promenade à travers  des auteurs rares ou bien qu’on ne lit plus.
Avec l’art qu’autorise le savoir,  Benmakhlouf prend leurs phrases. Puis, il les plante dans son jardin et en fait pousser, tour à tour, une jungle débordante de vie ou un parc à la française bien ordonné. «La conversation mêle le savoir à la saveur».
La lecture de cet ouvrage n’est certes pas aussi facile que doit l’être une conversation. Mais l’attentif sera payé de retour.
On a le sentiment de se promener, comme Alice, dans un pays de merveilles, où se nouent des liens déconcertants, d’autant plus fascinants qu’ils sont déroutants.
Il serait dommage de s’en priver.

----------------------------------------------------------------

(1) Podcast de France Culture (tout dernièrement la «Conversation du soir» ou plus anciennement «Les Nouveaux Chemins de la connaissance») et aussi le podcast de la Columbia University de New York. A noter qu’il est rare de voir un auteur de ce côté-ci de l’Atlantique être invité à parler de l’autre côté.
(2) Dans L’Economiste, pas moins d’une dizaine de pages de références sur les chroniques du Pr. Benmakhlouf, leconomiste.com, accès gratuit.
 (3) On peut leur raconter aussi le livre collectif «Ce qui nous sommes» (bien lire «qui» publié par La Croisée des Chemins et partiellement reproduit dans les colonnes de L’Economiste.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc