×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Evénement

Casablanca
A grandes ambitions… petit budget

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:4886 Le 28/10/2016 | Partager
Environnement, espaces verts, volets sociaux et de proximité… les chantiers
3,5 milliards de DH de budget prévisionnel
Plus du tiers en masse salariale!
casablanca_budget_086.jpg

Avec une trentaine de point à l’ordre du jour, la session ordinaire du jeudi 27 octobre, qui a duré plusieurs heures, aura permis de tracer les grandes orientations pour 2017, en attendant le plan d’actions de la commune qui ne sera prêt que d’ici la fin de l’année, selon Abdelaziz El Omari, maire de la ville (Ph. Jarfi)

Améliorer les services administratifs, moderniser les bureaux d’état civil, volets sociaux et de proximité… ce sont là quelques-unes des priorités du programme d’actions de la commune urbaine de Casablanca. C’est en tout cas ce que promet l’équipe aux commandes de la ville. Avec une trentaine de points à l’ordre du jour, la session ordinaire du jeudi 27 octobre, qui a duré plusieurs heures, aura permis de tracer les grandes orientations pour 2017, en attendant le plan d’actions de la commune qui ne sera prêt que d’ici la fin de l’année.
Espaces verts et environnement figurent également parmi les priorités de la CUC.
«Nous allons lancer la campagne: un arbre pour chaque ménage d’ici 2021. Une manière de marquer le coup à l’occasion de la COP22», annonce Abdelaziz El Omari, président du Conseil de la ville. Parmi les autres chantiers prioritaires, figurent la subvention du ticket de tram, la modernisation de l’administration… Autant de volets qui exigent des dépenses conséquentes. Mais, avec un budget prévisionnel qui ne dépasse pas les 3,57 milliards de DH, l’équipe d’Abdelaziz El Omari a-t-elle les moyens de ses ambitions? Sachant que pratiquement le tiers de ce budget (32,4%) sera absorbé par la masse salariale. Plus de 18,5% (663 millions de DH) vont à la gestion de la propreté, 10% aux arrondissements… Au total, près de 82% du budget devront couvrir les frais de fonctionnement. Le reste étant consacré à l’équipement. Dans le détail, près de 150 millions de DH seront dédiés au paiement des dettes, plus de 40,5 millions de DH aux espaces verts et plantation d’arbres, 30 millions de DH aux voiries... Sans compter les contributions aux différents programmes pilotés par les SDL (Casa-Aménagement, Casa-Transports, Casa-Prestation…). Voici les grandes orientations du budget 2017 et quelques-uns des points adoptés lors de cette session ordinaire.

■ Tramway: Pas d’augmentation en vue!
La commune s’engage à partir de cette année, en vertu d’une convention avec Casa-Transports, à supporter le déficit de la 1re ligne et des lignes prévisionnelles du tram. Rappelons que ce déficit, qui était de l’ordre de 87 millions de DH en 2015 (ce qui représente 40% du prix du ticket), a pu être ramené à 65 millions de DH grâce aux recettes publicitaires. La commune devra donc mettre la main à la poche pour éponger ce déficit, jusqu’ici subventionné par le Fonds d'accompagnement des réformes du transport urbain (FART). «Nous avions deux options devant nous: augmenter les tarifs ou supporter le déficit. Nous avons opté pour le 2e scénario, mais nous avons demandé à Casa-Transports et Casa-Tram d’améliorer les recettes publicitaires pour réduire le déficit», assure El Omari. Le maire a demandé à la SDL en charge de la mobilité de lui préparer des prévisions sur les prochaines lignes. «Nous ne pouvons supporter indéfiniment une moyenne de 80 millions de DH/ligne», poursuit El Omari.

■ Occupation du domaine public: Nouvelle convention avec le GPBM
Pour fructifier ses recettes, la CUC vient de conclure une convention avec le GPBM (Groupement professionnel des banques du Maroc), qui remplace celle de 2012. Objectif: revoir les tarifs d’occupation de l’espace public. «Ces tarifs seront au minimum de 12.000 DH par agence en séparant les redevances relatives aux totems, parkings, GAB, enseignes…», explique le président du Conseil de la ville.  Grâce à cette nouvelle niche de recettes supplémentaires, la CUC s’assure un revenu annuel de 12 millions de DH.  

■ Modernisation des arrondissements
Conformément aux dernières orientations du discours royal, la commune de Casablanca va lancer un vaste chantier de modernisation du réseau de bureaux de l’état civil. «Nous allons unifier les espaces d’accueil, généraliser le système de file d’attente dans les arrondissements», annonce El Omari. De même, il est prévu de lancer un site web pour chaque arrondissement, de réactiver les bureaux de réclamation… Dossier à suivre…

■ Externisation des 3D
La CUC, qui dépense annuellement l’équivalent de 7 millions de DH en insecticides (avec le résultat que l’on connaît), veut en finir avec l’insalubrité qui caractérise les rues et boulevards de la ville. Aujourd’hui, les élus ont décidé de déléguer les 3D (dératisation, désinfection et désinsectisation) ainsi que le ramassage des chiens errants à Casablanca.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc