×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Société

    Un vibrant hommage à Arkoun

    Par Fatima HAÏM | Edition N°:4880 Le 20/10/2016 | Partager
    «Lectures du Coran», un ouvrage majeur réédité à titre posthume
    Il prône une autre vision du livre saint
    mohammed_akroun_080.jpg

    Dans «Lectures du Coran», Mohammed Arkoun utilise la linguistique, la sémiotique, l’histoire et la sociologie pour «déconstruire le discours classique du Coran» (Ph. L'Economiste)

    L’Institut français de Casablanca a choisi de rendre hommage à Mohammed Arkoun, 6 ans après sa disparition. Il a organisé lundi 17 octobre, à l’occasion de la réédition à titre posthume de son ouvrage «Lectures du Coran», une rencontre en mémoire de l’inventeur du concept d’«islamologie appliquée».
    La soirée a été marquée par la projection d’extraits d’entretiens du défunt où il nous éclaire sur sa vision du Coran. Pour lui, il est indispensable de faire «un travail d’explication en remontant le plus loin possible et en s’armant de tous les outils nécessaires pour communiquer cette connaissance et ce regard nouveau porté non seulement sur le Coran mais aussi l’élargir à partir du Coran… «Après le 4e siècle de l’hégire, c’est-à-dire le 10e siècle de l’ère chrétienne, le «Mushaf» est complet, il est écrit, il circule et nous le lisons», explique Arkoun.  A la question si le passage du texte en arabe dans une autre langue modifie le sens des écritures sacrées, le philosophe répond avec des arguments linguistiques et scientifiques. «La parole de Dieu est médiatisée par la langue arabe qui est la langue parlée par les Arabes, une langue humaine comme toutes les autres langues humaines…Ici, se pose un problème considérable, car selon la conception que nous avons expliquée d’une révélation qui est articulée dans la langue arabe par Dieu et que le prophète n’a fait que transmettre telle qu’elle a été articulée par les humains, ça pose un problème considérable que les musulmans ont examiné pendant deux trois siècles, c’est la fameuse querelle entre le Coran créé et le Coran incréé…». Le Coran incréé, c’est le concept du Livre céleste qui est conservé auprès de Dieu et le Coran créé, le livre tel que nous le nommons aujourd’hui, le Mushaf. Deux concepts complètement différents pour Arkoun.
    A la fin de la projection, le professeur Naila Sellini, spécialiste de l’exégèse coranique à l’Université de Souss en Tunisie, le philosophe François L’Yvonnet et Abdelkader Retnani (éditions la Croisée des chemins) se sont succédé à la tribune pour témoigner. Touria Yacoubi-Arkoun a remis le prix Mohammed Arkoun 2016 à Fareh Messerehi, professeur à l’Université de Batna, et grand spécialiste de Arkoun.  Le livre de Arkoun (éditions la Croisée des chemins) constitue un apport majeur dans l’exégèse islamique et la notion de «raison islamique».  Historien de la pensée islamique et professeur émérite à la Sorbonne (Paris III), Mohammed Arkoun a sillonné les universités du monde entier pour enseigner «l’Islamologie appliquée», un concept qu’il avait lui-même créé , en s’inspirant de l’œuvre de Roger Bastide sur l’anthropologie appliquée. Arkoun plaide pour une lecture critique du Coran, un livre ouvert à des interprétations nouvelles et qui ne se limiteraient pas à celles qui datent  de l’époque médiévale… Depuis la première édition de «Lectures du Coran» en 1982, qui constitue une œuvre majeure dans sa carrière, l’ouvrage a été réédité en 1991. Une autre édition a vu le jour en 2016 chez Albin Michel, grâce à Touria Yacoubi-Arkoun, sa seconde épouse, qui a rassemblé les derniers travaux de son mari pour mettre en lumière toutes les nouvelles pistes de réflexion et de recherche de son défunt mari.
    Dans «Lectures du Coran», Arkoun utilise la linguistique, la sémiotique, l’histoire et la sociologie pour «déconstruire le discours classique du Coran». Il appelle à une lecture critique du Coran, qui doit prendre en compte le contexte historique et anthropologique dans lequel le livre sacré a été retranscrit. Selon lui, il faut dépasser le discours «conformiste» et s’inscrire dans une démarche interrogative des textes sacrés.

    Une approche scientifique du Coran

    Mohammed Arkoun (1928-2010) est né à Taourirt-Mimoun, un petit village de Kabylie, dans une famille berbère où on ne parlait ni l’arabe ni le français…Véritable précurseur d’une approche scientifique du Coran, basée sur la «critique de la raison islamique», Arkoun est l’une des grandes figures de l’islamologie contemporaine et l’un des intellectuels arabes les plus influents de sa génération, qui a contribué au rayonnement de cette discipline et a fait avancer une «pensée théologique et philosophique».

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc