×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Competences & rh

DRH: Jeune homme, expérimenté et mobile

Par Ahlam NAZIH | Edition N°:4878 Le 18/10/2016 | Partager
Les plus jeunes exercent dans les secteurs nouveaux
Leur ancienneté moyenne en entreprise est inférieure à 5 ans

La présentation des résultats de l’enquête sur les rémunérations de Diorh-Mercer, mercredi dernier à Casablanca, a aussi été l’occasion de dévoiler la 5e enquête sur la fonction RH. Faute d’implication des DRH, cette année, elle a difficilement couvert quelque 47 entreprises (une dizaine de secteurs).
L’étude a permis, toutefois, de dégager le profil du DRH. Il s’agit, pratiquement deux fois sur trois, d’un homme. D’une moyenne d’âge de 42 ans, il justifie d’une expérience de près de 18 ans. Environ la moitié des DRH ont exercé leur métier depuis toujours, tandis que qu’une deuxième moitié est issue d’autres spécialités, notamment la finance. Les plus jeunes se trouvent du côté des nouveaux secteurs, comme les IT, les télécoms, l’aéronautique… La majorité dispose d’une bac+5 (59%), le plus souvent en gestion économique et sciences humaines. 71% optent pour la formation continue.  Leur ancienneté moyenne dans leur entreprise est inférieure à 5 ans, ce qui témoigne de leur mobilité. Mais ils possèdent une expérience minimum de 10 ans dans les RH. «C’est là un signe de la maturité du métier. Les DRH sont essentiellement recrutés de l’extérieur pour leur expérience», commente Mehdi El Yousfi, DGA de Diorh.
Ils se perçoivent comme des partenaires stratégiques de long terme et des agents du changement. Et c’est aussi l’avis de leurs DG. Cela dit, pour ces deniers, en termes des compétences, les soft skills des DRH (com, écoute, fiabilité…) passent devant leurs aptitudes techniques.
La préoccupation majeure des directeurs des ressources humaines est celle du recrutement et de la gestion des talents. Comme indicateur de performance, ils retiennent en premier le niveau de satisfaction des collaborateurs, le turnover et la qualité de service du département RH.

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc