×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Régions

    Climat des affaires
    Une étude post-création des entreprises à Casablanca

    Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:4877 Le 17/10/2016 | Partager
    La Banque mondiale finalise le choix du cabinet qui s’en charge
    Objectif: avoir une idée sur le taux de mortalité des entreprises
    creation_ese_077.jpg

    Une enquête sera menée auprès d’un échantillon de près de 6.000 entreprises. Elle permettra d’identifier les principaux facteurs endogènes et exogènes qui augmentent la mortalité des entreprises dans la région Casablanca-Settat

    Le CRI de la région Casablanca-Settat s’apprête à lancer une étude post création des entreprises. Il s’agit d’une première du genre au niveau national. Objectif: disposer d’une vision claire sur la survie et le développement des entreprises créées via le CRI au niveau de la région de Casablanca-Settat sur la période 2003-2015. L’étude vise également à identifier les facteurs internes et externes, expliquant que des entreprises créées dans une même région puissent évoluer différemment.
    L’étude devra aussi définir les axes d’intervention nécessaires pour favoriser le développement des jeunes entreprises ainsi que leur déclinaison en plan d’action détaillé. «La Banque mondiale, qui a lancé en juin dernier un appel d’offres, est aujourd’hui en train de finaliser les documents contractuels et le choix du cabinet qui va effectuer l’étude», explique une source proche de l’administration territoriale. Concrètement, cette étude permettra dans une 1re phase de recueillir les données statistiques sur les entreprises auprès des administrations impliquées dans la création d’entreprises (CNSS, Ompic…). La 2e phase sera menée sous forme d’une enquête auprès d’un échantillon de près de 6.000 entreprises. Elle permettra d’identifier les principaux facteurs endogènes et exogènes qui augmentent la mortalité des entreprises dans la région.
    Quant à la 3e phase, elle sera consacrée à l’analyse des résultats et à une consultation avec les parties prenantes afin d’aboutir à une série de recommandations. Bien évidemment, les conclusions seront prises en compte pour l’élaboration d’un programme d’appui régional. Plusieurs partenaires, liés par une convention signée en avril dernier, prennent part à cette étude. Parmi eux, la Direction régionale des impôts, la CNSS, l’Ompic et l’ANPME. Le CRI assure pour sa part le rôle de chef de file.
    Pour rappel, la réalisation de cette étude fait partie des actions entreprises par le Comité régional de l’environnement des affaires CREA afin d’améliorer le climat des affaires (cf. édition du 7 avril 2016). En effet, 13 groupes de travail se penchent dans le cadre du CREA sur des actions concrètes afin d’améliorer le climat des affaires.
    L’objectif de booster l’environnement des affaires au niveau de la région Casablanca-Settat et par la même occasion améliorer le classement du Maroc, notamment dans l’indicateur «Doing Business».
    Le CREA Casablanca-Settat est le premier à bénéficier d’un financement de l’ordre de 600.000 dollars, accordé par la Banque mondiale. Une partie de ce montant sera consacrée au lancement de l’étude post-création de l’entreprise.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc