×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprises

    Aluminium du Maroc verrouille sa gouvernance

    Par Safall FALL | Edition N°:4877 Le 17/10/2016 | Partager
    Un nouveau conseil avec Ahmed Rahhou en «guest-star»
    Plus de 400 millions de DH de chiffre d’affaires à fin juin
    aluminium_maroc_gouvernence_077.jpg

    Cette amélioration du résultat financier est particulièrement favorisée par les intérêts financiers en rémunération des comptes courants, mais surtout par la stratégie de couverture mise en place
     fin 2015

    La petite révolution suit son cours à Aluminium. Quelques mois après les changements majeurs intervenus dans le top management de la société, l’industriel restructure sa gouvernance pour tourner définitivement la page des incertitudes. Des mouvements de siège se sont opérés dans le conseil d’administration (CA).

    Le groupe recrute Ahmed Rahhou, actuel directeur général de CIH Bank et membre de plusieurs conseils d’administration (ANRT, RAM, AMDI, Sofac…), pour lui confier son nouveau comité d’audit et de gestion des risques. Le responsable devient du coup un administrateur indépendant d’ALM. Le comité dont il a désormais la charge devra, entre autres missions, assurer «le suivi du processus d’élaboration de l’information financière, ainsi que l’évaluation des risques significatifs de la société et de la politique de maîtrise de ces risques», explique Jawad Squalli, PDG d’Aluminium du Maroc. Ce comité sera l’un des trois qui composeront désormais le conseil d’administration de la société, pour se conformer aux obligations de transparence et de bonne gouvernance.
    Les deux autres instances internes au conseil s’occuperont des «nominations et rémunérations» et de la «stratégie et investissements». Elles seront respectivement présidées par les actionnaires de référence, Mohamed El Alami et Abdeslam El Alami. Le groupe compte aussi se doter d’un règlement intérieur, déjà en cours de validation par le service juridique interne, ainsi que d’une charte de la gouvernance. Les deux documents, qui régiront désormais le conseil, sont inspirés des recommandations de la CGEM.
    Cette mise au point managériale intervient dans un contexte de résilience de l’activité face à une baisse significative des cours de l’aluminium sur les marchés internationaux (-15%).
    L’industriel affiche un chiffre d’affaires en hausse de 2% sur les six premiers mois de l’année, pour s’établir à plus de 450 millions de DH. Cette performance est surtout portée par une amélioration de 8% de l’activité du groupe. «Cette progression de l’activité compense donc partiellement l’impact de la baisse des prix liée à l’indexation des contrats sur les cours de la matière», explique-t-on auprès du management. Ces résultats inspirent à l’industriel une fin d’exercice 2016 dans le vert. Le groupe table surtout sur un carnet de commandes bien rempli ainsi que sur son business prévisionnel. Sur un volet plus stratégique, ALM confirme ses projets de recentrage sur son cœur de métier. Cela devrait se traduire par un désengagement de ses actifs immobiliers à Marrakech (Oberoi Hôtel et les Jardins de Beausite).

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc