×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Prix Nobel d’économie
Les recherches sur la théorie du contrat primées

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:4873 Le 11/10/2016 | Partager
L'Américano-Britannique Oliver Hart et le Finlandais Bengt Holmström[scald=7379:sdl_editor_representation]
Les travaux vont de la faillite au droit constitutionnel
prix_nobel_economie_073.jpg

Oliver Hart (à gauche), né en 1948 à Londres, a obtenu son doctorat à l'université américaine de Princeton en 1974. Il enseigne actuellement à Harvard. Bengt Holmström, né en 1949 à Helsinki, enseigne dans une autre université prestigieuse de la côte est, le Massachusetts Institute of Technology (MIT), après avoir obtenu son doctorat à l'université californienne de Stanford (Ph: AFP)

Ce sont les deux théoriciens du contrat l'Américano-Britannique Oliver Hart et le Finlandais Bengt Holmström qui décrochent le prix Nobel d’économie décerné hier 10 octobre à Stockholm. Les travaux couvrent un vaste champ d'applications, de la faillite au droit constitutionnel. Ces chercheurs ont «développé la théorie du contrat, un cadre exhaustif d'analyse des multiples aspects du contrat comme la rémunération des dirigeants basée sur leur performance, les franchises ou les copayeurs dans les assurances, ou encore la privatisation de secteurs publics».
Les nouveaux outils théoriques créés par Hart et Holmström sont utiles à la compréhension des contrats de la vie réelle et des institutions, ainsi que les pièges potentiels dans la conception du contrat.
Les économistes ont eu le mérite de donner naissance à «un champ fertile de recherche fondamentale», selon le jury. Holmström dès la fin des années 1970 et Hart dans la décennie suivante. Grâce à leurs travaux, il est possible d’analyser non seulement les termes financiers des contrats, mais aussi «l'allocation contractuelle des droits de contrôle, des droits de propriété et des droits de décision entre les parties», explique l'académie royale des sciences de Suède.
Les différentes relations contractuelles de la société incluent celles passées entre actionnaires et direction exécutive, entre une compagnie d'assurance et les propriétaires de voitures ou entre une autorité publique et ses fournisseurs. Comme ces relations entraînent généralement des conflits d'intérêts, les contrats doivent être correctement conçus pour veiller à ce que les parties prennent des décisions mutuellement profitables. Ce qui justifie que les lauréats de cette année ont développé la théorie du contrat.

prix_nobel_073.jpg

Parce qu'il est impossible pour un contrat de spécifier toutes les éventualités, cette branche de la théorie énonce les allocations optimales des droits de contrôle. Quelle partie du contrat devrait être autorisée à prendre des décisions et dans quelles circonstances? Les conclusions des économistes ont jeté un nouvel éclairage sur la propriété et le contrôle des entreprises. Elles ont eu un grand impact sur plusieurs domaines de l'économie, ainsi que le droit et la science politique.
Ces recherches fournissent d’autres outils théoriques pour étudier les questions de la fusion des entreprises, de la bonne combinaison de la dette et du financement par actions. Parmi les questions abordées, les institutions telles que les écoles ou les prisons doivent-elles appartenir au public ou au privé? Les enseignants, les personnels de santé, les gardiens de prison doivent-ils recevoir un salaire fixe ou indexé à leurs performances? Dans quelle mesure les dirigeants d’entreprise doivent-ils être payés via des programmes de primes ou de stock-options? …
Cette année encore, le jury a confirmé la mainmise sur ce prix des Américains, primés 56 fois sur un total de 78 lauréats. Ce chiffre comprend des binationaux, comme le lauréat de 2015, Angus Deaton, autre Britannique ayant pris la nationalité américaine. Holmström a cosigné en 2011 avec le Français Jean Tirole, Nobel en 2014, un livre sur la liquidité «Inside and Outside Liquidity».
Dernier-né des Nobel, le prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel a été créé en 1968. Comme les cinq prix créés par Alfred Nobel, il s'accompagne d'une récompense de huit millions de couronnes suédoises (827.000 euros).
Après la médecine, la physique, la chimie et la paix, il ne reste plus que le prix de littérature à décerner cette année. Ce sera jeudi prochain à Stockholm.

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc