×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Législatives 2016

Oriental: Le nouvel échiquier électoral

Par Ali KHARROUBI | Edition N°:4872 Le 10/10/2016 | Partager
Le PAM consolide son leadership
Une mosaïque en six couleurs
oriental_election_072.jpg

Sur les 23 parlementaires que compte la région,14 le sont pour la première fois. S'y ajoutent 5 femmes qui sont passées dans les listes nationales

Le scrutin de ce 7 octobre a confirmé les prévisions et a consolidé le positionnement du PAM, du PJD et de l’Istiqlal comme forces principales de l’Oriental. Le Parti authenticité et modernité a remporté 8 sur les 23 sièges réservés à la région. Un meilleur score que celui des précédentes législatives, en passant de 3 à 8 sièges. Le PJD et l’Istiqlal viennent en seconde position avec 5 sièges chacun. En 2011, ils avaient obtenu respectivement 4 et 3 sièges.
Par contre, le RNI n’a gardé que 2 sièges, ceux de Nador (Mustapha Mansouri) et Driouch (Abdellah Boukili) tout en perdant ceux de Figuig et Berkane. Même constat pour le Mouvement populaire qui a perdu sa représentativité à Figuig et Guercif et n’a gardé que celles de Nador (Said Rahmouni) et Driouch (Mohammed Fadili). Ce dernier est le plus ancien parlementaire de la région avec 5 mandats à son actif.
Quant à l’USFP, il a complètement raté ces élections et a même perdu les deux sièges qu’il détenait lors des élections de 2011 à Nador et Jerada. Avec le PPS, il est considéré comme le plus grand perdant. Ces deux anciens partis de gauche ont payé cher l’abstention des classes moyennes, fonctionnaires et intellectuels. Avec zéro parlementaire à leur actif, ils sont appelés à se restructurer et à travailler dans la durée et la proximité.
Selon le PV des résultats des élections législatives de la wilaya de l’Oriental, dont L’Économiste dispose d’une copie, la région compte 1.202.187 inscrits aux listes électorales, toutefois, le nombre des votants n’a pas dépassé 460.085, avec 58.857 bulletins nuls. Le plus grand nombre de bulletins annulés est enregistré dans la province d’Oujda-Angad avec 16.011 cas. Un vote sanction; plusieurs citoyens n’ont pas accepté que certains partis changent leurs têtes de liste au dernier moment. Des décisions prises au niveau central et non par les instances locales.
La nouvelle carte parlementaire de l’Oriental a consolidé la présence de plusieurs élus dans leurs fiefs électoraux comme elle a permis à d’autres de revenir en force. C’est le cas de Mustapha Mansouri (RNI) qui a reconquis sa base électorale à Al Arouit (province de Nador) et de Mohammed Fadili MP (province de Driouch) qui continue de rafler les meilleurs scores électoraux en dépit de sa longévité. En parallèle, de nouveaux loups arrivent en force. C’est le cas de Mustapha Toutou du PAM à Jerada, Soulimane Houliche du PAM à Nador, Said Rahmouni du MP à Nador, Mohammed Brahimi du PAM à Berkane et de Abdallah El Hamel du PJD à Oujda. Le grand perdant est sans doute Omar Hejira du PI qui n’a pu s’imposer pour la troisième fois d’affilée.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc