×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    Alzheimer et gériatrie
    Une formation sur mesure pour les soignants

    Par Sabrina BELHOUARI | Edition N°:4868 Le 04/10/2016 | Partager
    Une association à Agadir met en place une formation dédiée à l’Alzheimer et la gériatrie
    Les familles en charge du malade peuvent bénéficier d’une formation à domicile

    Encore catégorisée et mal comprise, la maladie d’Alzheimer reste malheureusement tabou dans la société marocaine. Cette maladie, résultant d’une dégénérescence du système nerveux ce qui entraîne une perte de la mémoire et des fonctions cognitives, a un impact significatif à la fois sur les patients, leurs familles et la société. Le besoin de soins est nécessaire et peut évoluer avec l’évolution de la maladie. La création de centres de gériatrie, indépendants ou rattachés aux centres hospitaliers est une solution qui a donné ses résultats, notamment dans des pays avancés en matière de prise en charge médicale et sociale de cette maladie. Le Maroc, comme les pays voisins, manque de structures dédiées à la prise en charge des malades d’Alzheimer, tout aussi bien que pour les maladies liées à la vieillesse. En effet, les centres de prise en charge des personnes âgées, lorsqu’ils existent, restent encore boudés pour de multiples raisons (coût, préjugés). Pourtant, aujourd’hui il existe des solutions palliatives et facilitant la prise en charge, à la fois physique et émotionnelle, pour le malade et son entourage. Ces solutions sont à la portée de toute personne, sans disposer forcèment de connaissances médicales. A Agadir, une association est en phase finale de préparation d’un projet qui aura indéniablement un fort impact social. Il s’agit d’octroyer des formations spécifiques pour la prise en charge des malades atteints d’Alzheimer et de gériatrie de manière générale. L’Association initiative et développement, en partenariat avec Ali Amara, Formateur GAPA et assistant de soins en gérontologie fort d’une expérience de 40 ans dans le métier, mettent en route une formation au profit des familles qui prennent en charge à domicile des personnes atteintes d’Alzheimer. «Cette formation répond à un besoin réel qui a été émis par des familles à la recherche de solutions pour améliorer la qualité de soins octroyés à leurs proches», explique Ali Zamharir, président de l’Association initiative et développement. Le besoin de ce genre de services est réel à la fois pour les familles et les malades. «Lorsqu’on parle d’Alzheimer, il faut avoir à l’esprit qu’il y a deux protagonistes: le malade et la personne qui s’en occupe, qui, dans notre société devient parfois la famille entière», ajoute Ali Amara. Néanmoins, la prise en charge d’une personne atteinte d’Alzheimer à domicile est possible suivant l’état de santé général du malade. L’Alzheimer est en effet, associé parfois à d’autres maladies de la vieillesse (cardiovasculaires, diabète, articulation), et dans ce cas l’hospitalisation est nécessaire. Ce que propose cette formation relève des techniques et méthodes de communication et de gestuelle pour faciliter la relation entre le soignant et le soigné. Parmi ces solution, la méthode dite GAPA: Gestes et activation pour personnes âgées. Cette méthode est un ensemble de gestes et de comportements qui permettent au soignant une meilleure habilité dans la prise en charge du malade et améliorer la qualité du soin. La méthode vise aussi à préserver et stimuler l’autonomie psychomotrice chez le malade, ce qui est extrêmement important. Cette formation se fait sur 4 jours, mais reste adaptée à chaque cas. Ce qui est important à retenir, c’est que cette solution peut pallier le manque de soins adaptés à la maladie d’Alzheimer et surtout des souffrances que vivent à la fois les malades et leur entourage. L’Alzheimer, classée parmi les maladies de la démence, est incurable et une fois diagnostiquée crée un réel choc au sein d’une famille. Les statistiques récentes parlent de 150.000 cas de malades atteints d’Alzheimer au Maroc, ce qui reste en deçà de la réalité selon plusieurs associations. Plus est, la maladie est encore tabou, ce qui constitue un obstacle devant le recensement et le suivi des malades, mais surtout rend difficile l’orientation des personnes en charge des malades. Cette formation a le mérite de combler ce besoin, mais peut devenir également un levier économique pour améliorer l’employabilité au profit des jeunes sans emploi. C’est l’un des objectifs de l’Association initiative et développement. Cette formation peut ainsi s’adapter à des candidats en quête de métiers et d’apprentissage. Avec l’option d’octroyer aux candidats des aptitudes techniques pour la fabrication de matériel et outils dédiés aux soins gériatriques, l’initiative de l’association vise à créer des emplois et un savoir-faire local à forte valeur ajoutée.

    Un centre de répit pour soulager les familles?

    alzheimer_068.jpg

    Dans la prise en charge de la maladie d’Alzheimer, on a tendance à négliger la personne qui prend soin du malade. Sa vie sociale et professionnelle est parfois mise de côté pour s’occuper 24h/24 du parent ou du conjoint malade. Cette situation engendre souvent une souffrance non exprimée et étouffante. Partant de son expérience dans les métiers liés à la gériatrie, Ali Amara pense qu’il est possible de mettre en place des structures qui prennent en charge les malades plusieurs heures par jour ou plusieurs fois par semaine. Il ne s’agit pas d’un centre de retraite, mais d’une structure pour garder le malade, par du personnel soignant qualifié, afin de permettre à la famille ou la personne qui prend en charge le malade d’avoir une vie normale.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc