×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Législatives 2016

    A Jerada, la bataille du rural déterminante

    Par Ali KHARROUBI | Edition N°:4868 Le 04/10/2016 | Partager
    Le PAM et le PJD à couteaux tirés
    Un électorat qui jouit d’un grand sens politique
    jerrada_election_068.jpg

    Les militants du PAM sillonnent toutes les localités rurales de la province. Ils sont persuadés que les voix de la campagne feront la différence (Ph. L’Economiste)

    Douze listes sont en compétition pour remporter l’un des deux sièges réservés à la province de Jerada: le PAM, l’Istiqlal, le PJD, le MP, le RNI, la Gauche verte, la Renaissance et la vertu, la Fédération de la gauche unifiée, le PPS, Al Ahd Al Jadid, l’USFP et le Front des forces démocratiques. La bataille électorale de ces législatives s’annonce coriace vu les multiples attentes d’une population qui peut s’enorgueillir d’un grand sens politique et de militantisme. Jerada est aussi à la croisée des politiques de redressement et de mise à niveau. Les différents bureaux des élus locaux et représentants de la province au parlement n’ont pu convertir leurs promesses électorales et réalités palpables. «De fait, la population est exigeante et compte sanctionner ceux qui ne peuvent initier des solutions de développement à leur ville», explique Ahmed Benchouchen, un ancien syndicaliste de la province. Ceci dit, le taux de participation a toujours été élevé à Jerada par rapport aux autres provinces de l’Oriental. Au cours des élections municipales de 2015, Jerada a connu la participation de 59,57% de votants sur un total de 67.876 inscrits. Le deuxième score de l’Oriental après celui de Figuig. Un résultat qui peut être pulvérisé, cette fois-ci, car les différents candidats animent à longueur de journée des rencontres et meetings populaires pour convaincre les indécis à voter pour eux. C’est le cas des candidats de l’USFP et PI qui ont animé jeudi trois rencontres populaires en une seule journée. De son côté le représentant du PAM est en course contre la montre pour sensibiliser ses troupes. Le décès de son père, en pleine campagne, a perturbé sa campagne depuis mardi. Toutefois, Mustapha Toutou reste l’un des favoris et le PAM compte beaucoup sur lui pour garder le siège qu’il a remporté haut la main lors du précédent mandat législatif. Pour rappel Mbarka Toutou était la seule femme qui s’est imposée au suffrage universel direct dans tout l’Oriental. A côté du PAM qui bénéficie de «vents favorables», le PJD est venu avec toute sa force pour soutenir son candidat Abdelaziz Ben Aicha. Ses militants sillonnent, à longueur de journée, toutes localités rurales et les tribus de la province.
    Pour eux, le siège parlementaire de Jerada est d’une importance majeure pour remplacer, le cas échéant, la perte de l’un des deux sièges qu’ils détiennent à Oujda. Pour rattraper cette perte potentielle, ils comptent s’imposer là où ils ont échoué la dernière fois. Ceci dit les dés ne sont pas jetés. Les candidats de l’USFP (Mokhtar Rachdi), l’Istiqlal (Yacine Deghou) et le MP (Manouni Al Mamoune) peuvent créer la surprise et remporter l’un des deux sièges réservés à la province. Cela dépendra de leurs approches persuasives.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc