×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Médicaments
    La lourde facture de la contrefaçon

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:4868 Le 04/10/2016 | Partager
    10,2 milliards d’euros par an perdus par l’industrie européenne
    L’Italie, l’Espagne et l’Allemagne les plus touchées
    medicament_europe_068.jpg

    La perte totale annuelle de recettes publiques résultant de la contrefaçon de médicaments peut être estimée à 1,7 milliard d’euros par an dans l’ensemble de l’UE (Ph. AFP)

    Les médicaments de contrefaçon font partie des saisies retenues par les douanes européennes. Ils coûtent 10,2 milliards d’euros par an au secteur pharmaceutique de l’UE. 4,4% des ventes légales de médicaments sont perdues chaque année en Europe en raison de la contrefaçon, révèle l’Office de l’Union européenne pour la propriété intellectuelle (EUIPO).  
    Le problème est mondial. Le World Economic Forum chiffre ce marché illicite à 200 milliards de dollars en 2014. Les pertes mondiales pour l’industrie pharmaceutique sont estimées entre 7 et 20% de son chiffre d’affaires. Ce manque à gagner se traduit par la perte directe de 37.700 emplois en Europe. Les fabricants et les distributeurs légitimes de médicaments employant moins de personnes qu’ils ne le feraient en l’absence de produits de contrefaçon. Si l’on tient compte des répercussions de la contrefaçon de médicament sur d’autres secteurs, 53.200 emplois supplémentaires sont perdus dans l’économie de l’Union.
    La perte totale annuelle de recettes publiques résultant de la contrefaçon de médicaments peut être estimée à 1,7 milliard d’euros par an dans l’ensemble de l’UE. Cela recouvre l’impôt sur les revenus des ménages, les cotisations de sécurité sociale et les impôts sur les sociétés. «Grâce à l’analyse réalisée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), nous savons que des médicaments génériques et novateurs sont contrefaisants, qu’il s’agisse de traitements contre le cancer ou d’antidouleurs bon marché. Ces contrefaçons peuvent être toxiques et représenter un grave danger pour la santé», prévient António Campinos, directeur exécutif de l’EUIPO.
    Les incidences de la contrefaçon les plus importantes sont observées en Italie (1,590 milliard d’euros) et en Espagne (1,170 milliard d’euros). Les effets relatifs liés aux ventes perdues étant plus importants dans ces deux pays que la moyenne de l’Union (5% et 5,9% respectivement). Avec 3% de ventes perdues, l’Allemagne et la France se situent en dessous de la moyenne de l’UE. Les incidences en termes absolus s’élevant à environ un milliard d’euros pour ces deux pays.
    L’industrie pharmaceutique de l’Union est composée de plus de 40.000 entreprises, dont 3.000 fabricants, le reste étant des grossistes. La taille moyenne de ces entreprises varie considérablement entre ces deux groupes: 150 salariés par entreprise pour les fabricants et 15 salariés par entreprise pour les grossistes.

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc