×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    Handicap et employabilité «Il faut des mesures concrètes!»

    Par Stéphanie JACOB | Edition N°:4864 Le 27/09/2016 | Partager
    Ces personnes nécessitent une plus grande prise en charge intégrative
    Accessibilité urbaine, dans l’entreprise, sanitaire, ergonomie adaptée... des urgences
    Aménagement du temps de travail, horaires flexibles, télétravail... les possibilités
    karim_kaitouni_064.jpg

    Le président de l’association Espoir Maroc, Karim Kaitouni, organise pour la 2e fois le forum Handicap Maroc. L’occasion d’un partage d’expériences, de témoignages et de rencontres entre les entreprises et les personnes à mobilité réduite à la recherche d’un emploi (Ph. Espoir Maroc)

    Karim Kaitouni est le président de l’association Espoir Maroc, à l’origine de l’organisation du Forum Handicap Maroc, qui organise sa 2e édition le 1er octobre prochain à Casablanca. L’insertion professionnelle des personnes à besoins spécifiques est pour lui aujourd’hui une question mise en avant grâce aux médias et aux nouvelles technologies. Pour autant, tant d’efforts restent à faire quant au regard de la société sur cette catégorie de la population.

    - L’Economiste: Quel bilan dressez-vous de la 1re édition du Forum en 2015?
    - Karim Kaitouni:
    Au-delà de nos attentes, cette première édition a été une réussite. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Le forum d’emploi handicap Maroc a en effet accueilli plus de 2.000 visiteurs et de chercheurs d’emploi en situation de handicap et à mobilité réduite venus des quatre coins du Maroc, ainsi qu’une vingtaine d’entreprises opérant dans différents secteurs d’activité. Des espaces pour le recrutement, le coaching et la formation ont été offerts aux candidats afin de les accompagner dans leur projet professionnel. Des ateliers pratiques autour de la rédaction de CV et de lettres de motivation, l’organisation de ces recherches, la démarche de formation, leur ont également été proposés gratuitement, tout ceci en vue de leur permettre d’être plus performants dans leur recherche. La conférence a été marquée par la présence du chef de gouvernement Abdelilah Benkirane, qui s’est félicité de cet événement, soulignant l’importance de ce type d’initiative pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées, réitérant l’engagement du gouvernement à les accompagner, notamment les porteurs de projets.
    - Quelles sont les nouveautés attendues pour cette année?
    - Le forum Handicap Maroc 2016 sera non seulement un forum de recrutement mais aussi un lieu de débats et d’échanges. Il permettra aux candidats en situation de handicap de rencontrer plusieurs entreprises engagées en faveur de l’insertion, désireuses de recruter des collaborateurs compétents en situation de handicap. Un espace atelier coaching, en partenariat avec l’Anapec, est au programme pour informer sur les outils et techniques pour la réussite professionnelle, organisé autour des thématiques de la recherche d’emploi sur le net. Ce sont aussi des tables rondes où différents acteurs du monde du handicap, des représentants de la sphère politique, des entrepreneurs, des associations échangeront durant cette journée, dans le but de lever les freins à leur intégration professionnelle et de promouvoir des solutions nouvelles et efficaces à mettre en œuvre dès demain. Nous attendons des collaborateurs d’entreprises partenaires en situation de handicap pour témoigner de leur parcours et de leurs propres expériences.

    - Avez-vous constaté des avancées dans ce domaine dernièrement?
    - Nous avons milité tout au long de cette année et nous sommes heureux de voir la décision du gouvernement marocain relative à la mise en œuvre des quotas pour les personnes en situation de handicap dans la fonction publique. Le Maroc a certes accordé une attention particulière aux questions du développement humain, qui se reflète autant par les progrès accomplis dans ce domaine que par la grande place qu’occupent les dépenses et transferts sociaux dans le budget de l’État. Ceci dit, il y a encore beaucoup à faire notamment en matière d’accessibilité. De plus, les progrès accomplis dans le domaine social et particulièrement en matière de consolidation des droits des personnes en situation de handicap demeurent encore insuffisants dans la mesure où la demande dépasse largement les réalisations. Ces personnes nécessitent une plus grande prise en charge intégrative. En effet, parler du volume des besoins à couvrir concernant leur intégration, c’est évoquer entre autres les réponses aux lacunes qui persistent dans les prestations relevant de la scolarisation et de l’insertion professionnelle.

    - Que reste-t-il encore à faire pour mieux intégrer ces personnes dans notre économie?
    - Tout! Et principalement changer les mentalités et le regard de la société. Mettre en place des mesures concrètes au sein de l’environnement comme sur le lieu de travail à savoir une meilleure accessibilité avec la mise en place d’ascenseurs, de plateformes et de sanitaires adaptés. L’aménagement du poste de travail est aussi important à travers du matériel dédié comme des écrans, l’ergonomie des postes ou l’utilisation d’outils informatiques accessibles à tous. Il est primordial également de faciliter l’accès des personnes handicapées aux parkings et aux escaliers. L’aménagement du temps de travail ainsi que des horaires plus flexibles et la possibilité de faire du télétravail restent de mise.
    Propos recueillis par Stéphanie JACOB

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc