×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Législatives 2016

    Marrakech/Safi
    Les femmes des prochaines législatives

    Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:4861 Le 22/09/2016 | Partager
    Le PAM, le PJD, l’USFP, le PPS… alignent les femmes en tête de liste
    D’autres candidates de la région sont en bonne position dans les listes nationales
    fatim_zahra_mansouri_asmaa_chaabi_061.jpg

    Asmaa Chaâbi et Fatima Zahra Mansouri sont des têtes de liste que le PAM a mandaté pour les prochaines législatives du 7 octobre. Elles se présentent respectivement à Essaouira et à la circonscription Médina/Sidi Youssef de Marrakech

    Elles sont au moins 10 femmes cette année à se lancer dans l’aventure législative dans la région de Marrakech/Safi. Plusieurs partis politiques ont misé sur des candidates aguerries et rodées au jeu des élections, soit en tête de liste pour des arrondissements ou encore en bonne position dans les listes nationales dédiées aux femmes. A commencer par le PAM, qui bat tous les records et qui a investi un grand nombre de femmes pour le rendez-vous du 7 octobre. Il a ainsi confié la tête de liste pour la circonscription du Guéliz à Jamila Afif, parlementaire actuelle et présidente du conseil provincial de la région. Afif doit faire face à Ismael El Barhoumi du RNI et Youssef Ait El Haj Lahcen, un des fondateurs de la section PJD de Marrakech. Autre candidate avec qui il faudra compter, Fatima-Zahra Mansouri. L’ex-mairesse se présente pour les législatives du 7 octobre dans le fief du PJD, la circonscription Médina/Sidi Youssef Ben Ali face au candidat du parti de la lampe Younes Benslimane. Mansouri souhaite quelque part prendre sa revanche après les communales de 2015 où elle n’avait réussi à attirer que 3.790 voix contre 6.884 pour le PJD. A Essaouira, c’est un autre come-back. Celui d’Asmaa Chaâbi qui se présente aux prochaines législatives sous les couleurs du parti du tracteur. Cette experte aux élections avait été élue maire de la ville en 2003 devenant ainsi la première femme maire de l'histoire du Maroc. Poste qu’elle a quitté en 2009. Son come-back politique sous les couleurs du PAM sera très suivi. Autre femme de la région du parti du tracteur Zakia Lamrini, fondatrice de l’association Annakhil et militante au sein du PAM depuis sa création. Lamrini conduira la liste nationale du parti. Des candidates aussi du côté du PJD. Amina El Amrani est 2e de liste du parti de la lampe pour l’arrondissement du Guéliz alors qu’Ishrak Youssef, vice-présidente de l’arrondissement Ménara actuellement fait partie de la liste nationale des femmes du PJD.
    L’USFP mise aussi sur une femme comme tête de liste et cette fois-ci pour le Haouz. Il s’agit de Touria Amal, cadre au ministère de la justice. Le PPS a lui aussi choisi une femme, Aziza Rafouk, médecin qu’il investit au Guéliz. Une autre Aziza Boujrida, vice-présidente du conseil de la région de Marrakech/Safi se présente aux législatives d’octobre sous les couleurs du Mouvement populaire dans la liste nationale des femmes du parti. Rappelons que pour assurer une place aux femmes, les partis politiques se sont engagés à réserver aux candidates femmes 60 sièges de la liste nationale. Certains rejettent cette logique des quotas.
    Pour eux, le renforcement de la représentation féminine doit passer par des initiatives internes des formations politiques. En clair, les partis doivent avoir le courage de miser sur des profils féminins dans les circonscriptions locales.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc