×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Législatives 2016

    Tanger: L’Istiqlal opte pour Hicham Temsamani

    Par Ali ABJIOU | Edition N°:4859 Le 20/09/2016 | Partager
    Proche des milieux salafistes, il a été impliqué puis innocenté dans les attentats de Casablanca
    La dernière carte de Chabat pour barrer la route au PJD

    Le mercato politique n’a pas encore fini de livrer ses secrets à Tanger. Le Parti de l’Istiqlal vient de présenter un candidat proche des sphères salafistes, Hicham Temsamani Jad. Selon plusieurs sources, c’est vendredi dernier que l’accord a été scellé avec Temsamani pour se présenter tête de liste pour le parti de la balance à la circonscription de Tanger, après plusieurs semaines de tractations. Et c’est au cours du week-end dernier que la liste est déposée à la wilaya de Tanger. Le profil de Temsamani, même s’il est présenté comme très proche des ténors du salafisme (d’ailleurs, ce serait Abou Hafs, colistier de Hamid Chabat à Fès qui l’aurait convaincu, selon des sources proches du parti), diffère largement de celui de Hammad Kabbadj, candidat refoulé par les autorités à Fès. Temsamani a été arrêté au nord de l’Espagne en 2004 suite des attentats de Madrid et de Casablanca. On lui reprochait d’être l’instigateur moral de ces actions terroristes. Extradé et jugé au Maroc, il a été innocenté de ces accusations. Lui-même, à maintes reprises, a déclaré n’avoir aucun lien avec le salafisme jihadiste, se proclamant plus proche du soufisme. Et depuis, il s’est installé à Tanger où il a fait profil bas en tant qu’imam d’une mosquée. Selon plusieurs sources, Temsamani n’était pas le premier choix de Chabat. Depuis plusieurs mois, le parti d’Allal El Fassi lorgnait du côté de Mohamed Fizazi, le très controversé imam de la mosquée Tarik Ibn Ziad. Ancien détenu salafiste incarcéré au lendemain des attentats du 16 mai, il a été relâché en 2011 suite à une grâce royale. Son moment de gloire est arrivé en 2014 quand il a conduit la prière du vendredi devant le Roi. Pour nombre d’observateurs, la piste salafiste serait le moyen ultime pour les camarades de l’Istiqlal pour damer le pion au PJD à Tanger. En effet, les élections communales ont montré une nette avancée des disciples de Benkirane dans la capitale du détroit où ils ont remporté la majorité dans les quatre arrondissements de la ville. Un raz-de-marée similaire lors des prochaines législatives reste probable.

    L’USFP opte pour Ahmed Yahya

    ahmed_yahya_059.jpg

    Le parti de la rose a déposé dès la semaine dernière sa liste de candidature pour les prochaines législatives. Avec cette liste, c’est la troisième à avoir été déposée, après celle du PJD et de l’Istiqlal. Le reste des partis dispose encore de quelques jours, jusqu’au 23 septembre à 12:00 pour présenter leurs candidats.

     

     

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc