×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Ford élargit ses activités aux services de mobilité

    Par Moulay Ahmed BELGHITI | Edition N°:4859 Le 20/09/2016 | Partager
    Le constructeur américain entame virage majeur de son histoire
    La firme promet de lancer la voiture totalement autonome d’ici 2021
    Elle multiplie, pour ce faire, le rachat de start-ups technologiques
    ford_mark_fields_059.jpg

    Intervenant lors du 6e Further with Ford Trend Conference, Mark Fields, CEO de la compagnie, s’est attardé sur les changements à venir du groupe qu’il dirige (Ph. Ford)

    Chez Ford Motors Compagny, les regards sont résolument tournés vers le futur. Le groupe qui ne se définit plus seulement comme un simple constructeur automobile mais aussi comme un spécialiste de la mobilité se projette déjà en 2021. «A cette date, Ford produira en série des véhicules capables de circuler de manière totalement autonome. Pas de volant. Pas de pédale d'accélération. Pas de pédale de frein. Aucun conducteur ne sera requis», annonce d’emblée Mark Fields, l’emblématique patron de la firme américaine, lors de la 6e édition de sa conférence annuelle sur les tendances du futur organisée à Detroit, les 12 et 13 septembre 2016. Ce véhicule qui devrait constituer une nouvelle métamorphose pour le monde automobile n’aura dans un premier temps pas pour vocation à être un bien propre. A l’image de Uber, il sera un nouveau service comme le conçoit le patron de Ford. Concrètement, Fields estime, une fois ces véhicules banalisés, qu’il n’y aura plus besoin d'acheter sa propre voiture, il suffira de louer leurs services en cas de besoin puisqu’ils seront dans un premier temps destinés aux services commerciaux de voitures partagées ou de réservation de taxis. «Pour ceux qui cherchent des voitures pour les sensations fortes, il y a la Focus RS ou encore la Mustang. Nous avons aussi ce qu’il faut pour ceux qui veulent des camions. Et bientôt, nous disposerons d’une voiture complètement autonome pour ceux qui veulent vivre une expérience inédite», précise le CEO.
    Pour atteindre cet objectif majeur, Ford y met le paquet. La firme à l’Ovale bleue investit, lourdement dans les nouvelles technologies. C’est justement ce niveau d’investissements dans les opportunités du futur qui devraient impacter les bénéfices en 2017, comme le prévoit la compagnie elle-même qui s’attend à une reprise dès 2018. En attendant, Ford se donne les moyens pour mener à bien le déploiement de la voiture autonome même si le challenge maintenant est de pouvoir le réaliser en à peine 5 ans puisqu’il n’est actuellement qu’à l’état de prototype (que nous avons testé). Pour développer ce projet, le constructeur s’est, en effet, lancé dans le rachat d’une série de start-ups développant différentes technologies pour permettre à ses voitures

    ford_059.jpg

    La voiture autonome devrait être lancée en production de masse dès 2021. Elle ne devra, selon Mark Fields, CEO de Ford, ne disposer ni de volant, ni de pédale d’accélération et elle n’aura pas vocation d’usage personnel (Ph. Ford)

    de se conduire seules. Ça a notamment été le cas de Velodyne, le leader dans la fabrication des LIDAR, des dispositifs à balayage laser permettant au véhicule de se matérialiser un environnement 3D.
    La firme de Dearborn dans le Michigan a aussi investi dans SAIPS ou Civil Maps, une start-up spécialisée dans l'intelligence artificielle qui permet à un ordinateur de voir et d'identifier des choses autour de lui. Dans le même sens, il a par ailleurs conclu un accord exclusif de licence avec Nirenberg Neuroscience, une autre société spécialisée dans l'intelligence artificielle et la vision.
    Dans sa quête vers la voiture autonome, Ford ne démarre pas de zéro. Le groupe détient une certaine expertise dans le domaine de la voiture autonome. Il dispose déjà d’un parc de Fusion Hybrid autonome et mène des recherches sur le sujet depuis plus d’une décennie avec des universités de renom Stanford, MIT ou encore M-City, la ville artificielle dans laquelle les constructeurs peuvent tester leurs véhicules intelligents.
    Pour être prêt à l’échéance, Ford compte renforcer ses effectifs en doublant ses équipes dédiées et le nombre de voitures autonomes de test. Il faut dire que le potentiel de ses véhicules est important puisqu’ils sont présentés comme l'avenir à moyen terme de l'automobile. Ils pourraient compter pour 20% des ventes automobiles à la fin de la prochaine décennie.

    La mobilité par l’électrique aussi 

    Parallèlement, le groupe travaille pour le lancement d'ici 2020 de 13 modèles électriques pour augmenter de 40% de la gamme actuelle avec un investissement de 4,5 milliards de dollars sur ce créneau. Par ailleurs, le groupe entend développer d’autres solutions de mobilité comme les navettes intelligentes ou les vélos en code charing.

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc