×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Législatives 2016

PPS: Le bureau politique solidaire avec Benabdellah

Par Amine ATER | Edition N°:4857 Le 16/09/2016 | Partager
Le parti se défend d’impliquer l’institution royale dans le jeu électoral
Le SG donne des consignes de prudence à ses troupes
bneabdallah_pps_057.jpg

Après 6 heures de débats, le bureau politique du PPS a décidé de faire front commun avec Nabil Benabdellah tout en maintenant la ligne défendue par le secrétaire général (Ph. Bziouat)

Juste après le communiqué du Cabinet royal publié le 13 septembre dernier, le PPS a opté pour le maintien de sa stratégie électorale. Une décision prise à l’issue d’une réunion de crise du bureau politique qui s’est tenue le 14 septembre au siège du parti. Une session de travail qui a duré 6 heures et qui a vu le bureau politique offrir son soutien à Nabil Benabdellah, secrétaire général du parti. Ce dernier a également tenu à rappeler à son état-major des consignes à relayer aux candidats et militants du PPS qui œuvrent sur le terrain. Selon une source bien informée, le SG du PPS a rappelé à ses troupes qu’elles étaient sous le feu des projecteurs. Une exposition qui requiert une attention toute particulière en termes de déclarations. Benabdellah a aussi appelé à maintenir un comportement irréprochable, notamment dans la sphère privée pour éviter toute récupération politique. Une réunion de crise qui s’est soldée par la publication d’un communiqué à travers lequel le bureau politique rappelle la loyauté du parti à la Monarchie et aux institutions. La position officielle du PPS a insisté sur «l’union du parti» autour de son secrétaire général. «Concernant les allégations qui touchent à la vie politique, le secrétaire général exprime les positions du PPS en tant que porte-parole officiel». Les déclarations qui avaient mis Benabdellah au cœur de la polémique sont considérées comme «normales dans les sociétés démocratiques. Elles rentrent dans le cadre de la concurrence partisane normale, la lutte d’idées et l’expression des avis et positions…», explique le PPS à travers le communiqué publié la nuit du 14 septembre. Cette formation a également tenu à rappeler que les propos visant «l’Etat profond et le Tahakoum» n’étaient pas nouveaux ni une conséquence de l’orientation de la direction actuelle du parti.  Le bureau politique du PPS a aussi tenu à rappeler que ni le parti, ni son SG ne tenaient à impliquer l’institution royale dans une querelle partisane. Cette sortie vient, rappelons-le, après le communiqué publié par le Cabinet royal dénonçant des «déclarations irresponsables», considérées comme un «outil de diversion politique en période électorale, qui requiert de s’abstenir de lancer des déclarations non fondées».  Un message qui a fait le buzz et a suscité le débat entre défenseurs et détracteurs de Benabdellah. Certains ont même sauté sur l’occasion pour lancer un hashtag en soutien au secrétaire général du PPS.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc