×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Ikram Kabbaj, cette force si tranquille

    Par Stéphanie JACOB | Edition N°:4856 Le 15/09/2016 | Partager
    Les derniers travaux de la sculptrice marocaine exposés
    Indéniablement l’une des artistes majeurs du monde arabe
    ikram_kabbaj_056.jpg

    Les «Grâces d’ébènes» font partie des oeuvres réalisées par l’artiste marocaine Ikram Kabbaj, invitée de L’Atelier 21 à Marrakech du 27 septembre au 6 novembre prochain (Ph. L’Atelier 21)

    Elle est née dans le Casablanca des années 60. Ce qui influence peut-être la forte volonté de l’artiste Ikram Kabbaj d’intégrer la sculpture dans le paysage public. Un marbre en hommage à toutes les femmes de 3,5 mètres de haut à Berrechid, une de ses sculptures posée sur l’île Pozer à Saint-Georges au Canada, un oiseau en inox sur la place Mohammed V à Assilah, ou encore cette feuille dominant les abords de l’autoroute Casablanca-Marrakech, haute de 17 mètres. Clairement, l’artiste marocaine a réussi son pari de faire descendre l’art dans la rue. Il y a toujours dans ce qu’elle crée les deux ambiances de «monumental» et de «légèreté», comme étant à la fois partagée entre s’imposer et se faire discrète. De ses matières, Ikram Kabbaj en tire des formes un peu partout exposées. Elle a percé, et c’est bien normal. L’art étant la place égale laissée à l’oeuvre comme à l’artiste. Comment d’ailleurs ne pas aimer cette confrontation de femme sculptant le marbre ou tordant le métal? Tronçonner, frapper au marteau, être recouverte de cette dense et fine poussière de ces matières polissées racontent déjà

    ikram_kabbaj_2_056.jpg

    Tronçonner, frapper au marteau, être recouverte de cette dense et fine poussière de ces matières polissées, Ikram Kabbaj fait naître des oeuvres d’une force insoupçonnable et si aérienne (Ph. L’Atelier 21)

    une histoire. Celle parfois d’une force insoupçonnable et aérienne, pourvue qu’elle colle à la nature et à son environnement. C’est cette singularité qui touche les galeries, les amateurs et les collectionneurs.
    Du 27 septembre au 6 novembre 2016, les dernières créations de celle qui s’est formée aux beaux-arts à Casablanca puis à Paris, investissent L’Atelier 21 à Casablanca. De quoi admirer des sculptures inspirées de l’architecture, toujours ainsi liées à cet espace public qui lui est cher. Une vingtaine de symposiums de sculpture à son actif à travers le monde, des oeuvres choisies pour de prestigieuses collections à Dubaï, au Maroc, ou aux Etats-Unis, Ikram Kabbaj est indéniablement l’une des artistes sculpteurs majeurs du monde arabe.

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc