×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    Stratégie de carrière: «Bien se connaître et bien définir sa destination»

    Par Ahlam NAZIH | Edition N°:4855 Le 14/09/2016 | Partager
    Ne pas perdre de temps durant les premières années de la vie active
    Des bilans de compétences périodiques pour faire le point sur votre trajectoire
    leila_naim_055.jpg

    Leïla Naïm, professeur à l’Esca Ecole de Management, coach consultante en stratégie de carrière: «Quand vous avez une idée de votre destination, vous savez comment vous y rendre. Mieux, vous pouvez prendre des raccourcis!»  (Ph. L. N.)

    - L’Economiste: A partir de quand faudrait-il commencer à préparer son projet professionnel?
    - Leïla Naïm:
    A partir du baccalauréat. Car le choix d’études supérieures devrait en principe s’opérer en fonction d’un projet professionnel. Une fois à l’école et à la filière souhaitée, le projet commence à prendre forme et les matières de prédilection se précisent. Au cours du cursus, même les stages devraient être choisis sur la base des ambitions futures. L’étudiant a intérêt à chercher une opportunité dans le secteur et le type d’entreprise qui l’intéressent, et à cibler le poste qui l’inspire. Cela lui permettra de préparer un CV en cohérence avec ses objectifs. Les premiers entretiens d’embauche devraient être passés dès la dernière année d’études. L’idéal est de s’engager sur le marché du travail directement après le diplôme. Ceux qui pensent davantage à valider leur cursus sans trop se soucier de leur projet de carrière perdent du temps, et c’est dommage. N’ayant pas d’idée sur ce qu’ils veulent faire, ils postuleront à gauche et à droite, et devront patienter au moins 6 mois. Ils pourraient même accepter n’importe quel poste, pourvu qu’ils soient insérés quelque part. Cela est comptabilisé contre eux. Une stratégie de carrière ne peut pas tolérer une perte de temps durant les premières années de la vie active.     

    - Mais cela reste toujours possible de marquer une pause et de réorienter sa carrière…
    - Tout à fait. Pour cela, il faudrait procéder à un bilan de compétences. Il est d’ailleurs possible de le réaliser chaque année, voire même chaque semestre. C’est l’occasion de faire le point sur ce que vous avez gagné ou perdu, votre talent, les capacités qui vous permettent de vous démarquer, ce qui vous reste à améliorer, ce que vous souhaitez accomplir… De vérifier vos choix, de vous assurer que vous êtes sur la bonne trajectoire et que vos aptitudes vous permettent d’atteindre la perspective recherchée.

    - Quelles sont les clés pour réussir sa stratégie de carrière?
    - Il faut tout d’abord se connaître et savoir où l’on souhaite aller. Savoir aussi ce que l’on sait faire mieux et différemment des autres. Celui qui ne sait pas où il veut aller, n’ira nulle part! Quand vous avez une idée de votre destination, vous savez comment vous y rendre. Mieux, vous pouvez prendre des raccourcis! Il faut que vous sachiez ce que vous possédez, qui vous êtes, ce que vous voulez devenir, où vous désirez aller, comment et ce qui vous reste à corriger. Etre en permanence dans une philosophie de prise de conscience personnelle et d’amélioration.
    Propos recueillis par
    Ahlam NAZIH

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc