×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Béni Mellal-Khénifra veut tripler sa production agricole d’ici 2020

    Par Jamal Eddine HERRADI | Edition N°:4855 Le 14/09/2016 | Partager
    La nouvelle stratégie y a injecté 13,5 milliards de DH investis
    111 projets potentiels ont été identifiés
    Extension du périmètre irrigué
    beni_mellal_055.jpg

    Encouragée par l’Etat, l’irrigation par le «goutte-à-goutte» ou par arrosage est de plus en plus courante dans cette région qui dispose d’importantes ressources hydriques (Ph. CRI)

    Malgré la chaleur qui sévit depuis quelque temps, les agriculteurs de la région ont entamé leur opération de labour. Opération nécessaire pour que les sols retournés soient plus fertiles et reçoivent mieux les premières pluies d’automne. Toutefois, de nombreux «fellahs» ne vont pas attendre ces pluies et projettent de commencer les semences dans les jours à venir. Ce sont principalement ceux qui ont recours à l’irrigation par le système du «goutte-à-goutte» ou à l’arrosage des champs.   
    L’agriculture dans cette région n’est donc pas totalement tributaire des bonnes ou mauvaises précipitations. Béni Mellal-Khénifra dispose de quelque 959.000 ha de superficie agricole utile dont 212.000 hectares irrigués. Soit donc respectivement environ 10% de la superficie agricole utile et 15% de l’espace irrigué au Maroc. Voilà ce qui fait de Béni-Mellal-Khénifra l’une des premières régions agricoles du pays. D’ailleurs, l’économie se base essentiellement sur une filière agricole de renom, forte d’une production végétale et animale diversifiée, régulière et performante.
    Cette agriculture doit sa force au climat idéal qui caractérise la région, aux importantes ressources en eau et à une main-d’œuvre expérimentée. Trois principaux ingrédients qui constituent l’ossature de tout développement agricole. Le reste est affaire de volonté politique.
    Dans le cas de cette région, il faut le dire, cette volonté est bien présente et se manifeste à travers les différentes stratégies mises en place par les pouvoirs publics à travers des cadres incitatifs pour l’encouragement des investissements principalement privés.
    Aujourd’hui, Béni Mellal-Khénifra se distingue  par une production agricole importante et diversifiée (olivier, agrumes, rosacées, grenadier, caroubier, céréales, betterave sucrière, cultures fourragères, maraîchage…). Et aussi par une production importante de lait et de viandes. En effet, la région joue un rôle important dans la production agricole nationale en y contribuant à hauteur de 11 à 28% selon les filières. Cette participation atteint 90% pour certaines filières de terroir (niora, sésame, grenadier, cactus…).
    Par les chiffres, le secteur agricole joue un rôle prédominant dans l’économie de la Région, avec une production de plus de 11,5 milliards de dirhams, une valeur ajoutée de 8,3 milliards de dirhams, et une création d’emplois qui atteint 32 millions de journées de travail par an.

    bni_mellal_055.jpg

    Le secteur agricole, dans toutes ses composantes, occupe une place prépondérante dans le développement de l’économie de la Région

    A cela, il faut ajouter la mise en place du Plan agricole régional (déclinaison du plan Maroc Vert), qui a conforté davantage la place du secteur agricole dans l’économie régionale et nationale, et offre d’innombrables possibilités d’investissement.
    L’agriculture dans la Région Béni Mellal-Khénifra a bénéficié pleinement de l’application des dispositions des Plans agricoles régionaux (PAR) qui ont été élaborés conformément aux principaux fondements du plan Maroc Vert. Ces derniers consistent, notamment, en la création de richesses, à travers l’absorption du manque à gagner aussi bien en termes de production qu’en termes de valorisation. Ces plans visent la multiplication et la valorisation de la production agricole régionale grâce à la généralisation de l’irrigation localisée, à la rationalisation de l’utilisation des fertilisants, à une meilleure utilisation de la mécanisation agricole, et l’offre de mesures incitatives pour l’investissement dans ce secteur. Cela, aussi bien au niveau de la production agricole et l’offre de services et équipements qu’au niveau de l’agrégation et de la transformation de cette production.
    Aussi, pour consolider les potentialités du secteur agricole dans la Région Béni Mellal-Khénifra, il a été procédé à l’élaboration et à la mise en œuvre d’un Plan agricole régional. Ses concepteurs ont pris en considération les objectifs du plan Maroc Vert ainsi que les réalisations actuelles en matière de productions agricoles, de valeur ajoutée et d’emplois créés par l’activité agricole dans la Région. Les gaps en termes de gain de productivité, les possibilités de commercialisation de la production sur le marché local et à l’export ont également été pris en compte. Tout autant que les conditions du milieu, notamment les ressources en eau - qui, malheureusement, sont en régression continue -, le climat et les sols.
    Les objectifs globaux escomptés du Plan agricole régional portent sur l’augmentation des niveaux de production de différentes filières, l’amélioration de la qualité et des conditions de commercialisation de la production, l’amélioration des niveaux de valorisation de l’eau d’irrigation, la création d’emplois et l’amélioration des revenus de la population rurale.
    Pour réaliser ces objectifs, 111 projets potentiels ont été identifiés et évalués. Pas moins de 48 projets concernent le développement et l’intensification des filières porteuses et capitalistiques telles celles des agrumes, la betterave sucrière, l’olivier, la multiplication des semences sélectionnées, le lait et les viandes rouges. Cela, en plus de certaines filières spécifiques à la région notamment le grenadier, le grain de sésame et la niora. Les 63 autres projets portent sur l’intensification et l’extension des filières principales dont l’olivier, le caroubier, l’amandier et la viande rouge (ovins et caprins) en accordant une attention particulière aux produits de terroir notamment le miel et les noix. L’ensemble des ces projets totalise un investissement d’un montant de 13,5 milliards de dirhams.

    Château d’eau

    La Région Béni Mellal-Khénifra est à juste titre considérée comme le château d’eau du Maroc. En effet, elle dispose d’importantes ressources hydriques. Une richesse qu’elle doit, d’une part, aux eaux de surface offertes par les cours d’eaux et les précipitations moyennes annuelles, et d’autre part, aux nombreuses nappes phréatiques dont regorge son sous-sol. L’existence d’une importante infrastructure hydraulique (plus de 15 barrages, avec une capacité de plus de 2,8 milliards de m3) a permis, grâce à une gestion optimale de ces ressources, de doter la Région de l’un des premiers périmètres irrigués du Royaume.

    Grenadier, caroubier, niora, sésame...

    benim_khenifra_055.jpg

    Visant le développement d’une agriculture à haute valeur ajoutée, le Plan agricole régional s’est fixé comme principal objectif de doubler, voire de tripler, à l’horizon 2020, la production agricole régionale sur la plupart des filières.Ainsi, les filières de production végétale retenues dans le Plan agricole régional sont les agrumes, la betterave sucrière, la céréaliculture en irrigué et en bour, l’olivier, le grenadier, la niora, le caroubier, la graine de sésame, l’amandier, le noyer et le pommier. Pour la production animale, les filières concernées sont celles de production  du lait, des viandes rouges et blanches et du miel.

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc