×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    CIH Bank accélère sur la banque participative

    Par Soufiane NAKRI | Edition N°:4855 Le 14/09/2016 | Partager
    La filiale dédiée prête à recevoir les clients dès janvier 2017
    L’assurance Takaful développée en partenariat avec Atlanta
    Le bénéfice net part du groupe recule de 5,2% au 1er semestre
    cih_bank_055.jpg

    Les bénéfices du groupe s’inscrivent en baisse au cours du 1er semestre 2016. Cette contraction est due aux frais de la filiale de la banque participative et à l’impact du coût de risque qui s’élève à 106 millions de DH

    Le groupe  CIH Bank entame son nouveau plan stratégique 2016-2020 avec deux gros projets: le déploiement du  nouveau système d’information Novabank dans tout le réseau et le lancement confirmé en janvier 2017 de la filiale de la banque participative. CIH Bank travaille actuellement en partenariat avec  la compagnie d’assurances Atlanta pour le développement de l’assurance Takaful pour pouvoir démarrer l’activité dès janvier 2017. «Les produits immobiliers liés à la finance participative vont constituer les premières demandes de nos clients», déclare Ahmed Rahhou, président-directeur général de CIH Bank, lors de sa présentation des résultats du premier semestre vendredi dernier.
    Le résultat net part du groupe a enregistré une baisse de 5,2% à 180 millions de dirhams. Cela s’explique essentiellement par les charges liées aux frais d’établissement de la filiale de la banque participative QMB Company qui vient d’être intégrés globalement dans le périmètre de consolidation de la banque. En dépit de cette situation, la banque affiche un ratio de solvabilité proche  de 16%, bien au-dessus des exigences  réglementaires.  
    Le produit net bancaire consolidé s’est apprécié de 5,6% pour atteindre 913 millions à fin juin 2016. Il est dynamisé par l’explosion de la marge sur commissions (+41%) et beaucoup moins de la marge nette d’intérêt (+1,3%).
    Les crédits clientèle ont progressé de 2,8% à 35 milliards de dirhams par rapport à la même période de l’année dernière. Signe de la diversification du groupe, cette croissance provient d’autres secteurs que  l’immobilier  (+8,3%).  Les  crédits immobiliers n’ont progressé que d’un petit 0,7% à 24 milliards de dirhams. Malgré un marché difficile, les encours de la promotion immobilière marquent une hausse de 4%. «Nous avons un taux de remboursement relativement important  de la part de  nos clients qui  ont commencé à écouler leur stock, ce qui nous permet de financer nos programmes», souligne Rahhou.  CIH Bank a créé la filiale Ajarinvest pour le marché qui se prépare autour des organismes de placements collectifs en immobilier.

    ventilation_credit_055.jpg

    Les crédits destinés à la promotion immobilière représentent 30% des encours des crédits octroyés. CIH Bank souhaite que le hors immobilier croît plus vite que l’immobilier

    Le  marché du crédit à la consommation s’est accéléré de 7% pour atteindre     5 milliards de dirhams à fin juin 2016. La bonne forme de Sofac contribue fortement à la croissance de ce segment. La filiale a bien négocié la première moitié de l’année avec un résultat net qui a progressé de 35%. Cette performance reste sur la dynamique de la dernière édition du salon automobile. Et pour la première fois, Sofac a distribué des dividendes de 28 millions de dirhams avec un remboursement crédit TVA de 61 millions de dirhams. Même tendance enregistrée dans l’activité du courtage qui se porte bien avec une hausse du résultat net de 22,5%. A l’inverse, dans un contexte difficile de l’activité du leasing,  Maroc Leasing a vu son résultat net plonger de 39%!
    Pour l’activité hôtelière qui concerne l’hôtel Tivoli à Agadir, la croissance reste nulle durant ce premier semestre. «Pour minimiser le risque, nous avons transformé notre business model à une gestion locative afin d’améliorer la rentabilité de cette activité», souligne Lotfi Sekkat, directeur général délégué de CIH Bank. «Le secteur touristique est un secteur sur lequel nous sommes peu présent.  Nous avons décidé d’y limiter notre présence suite à des contentieux», complète le président Rahhou. La stratégie lancée l’année dernière dédiée aux jeunes de 18 à 30 ans et qui est axée sur la gratuité des services bancaires a donné ses fruits. Au premier semestre 2016, la banque a recruté 80.000 clients nouveaux avec un taux d’équipement de 2,85. Sur une année les dépôts des clientèles ont progressé de 12% à 17 milliards contre 19 milliards de dirhams à fin juin 2016. Les comptes d’épargne ont enregistré une hausse de 3,3% et 5,7% pour les comptes chèques. Les dépôts à terme s’apprécient de 3% tirés par ceux des particuliers (5,6%).

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc