×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Législatives: Baddou, Benkirane, Brija... ça va cogner à Casablanca

    Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:4854 Le 09/09/2016 | Partager
    PJD, RNI et PAM ont déjà tranché pour la majorité des circonscriptions
    Les autres seront connus la semaine prochaine
    7 partis en lice pour 26 sièges
    election_casa_054.jpg

    Les têtes de listes des 7 partis en lice à Casablanca se disputeront 26 sièges durant les législatives du 7 octobre (Ph. L’Economiste)

    La semaine prochaine sera décisive pour les partis en course pour les législatives. En effet, ceux n’ayant pas encore dévoilé leurs têtes de listes devront le faire juste après la parenthèse de l’Aïd El Kébir. En tout, 7 partis sont en lice pour 26 sièges durant les législatives du 7 octobre.
    A quelques semaines des échéances électorales, seuls 3 (PJD, RNI et PAM) sur les 7 principaux partis dans la course électorale ont tranché. Les autres ont dévoilé quelques noms en attendant de se prononcer dans les jours à venir. La transhumance et les tractations de dernière minute pèsent certainement sur le choix de tel ou tel candidat. Chez le parti de la lampe, les principales circonscriptions sont quadrillées. Abdelaziz El Omari, maire pjdiste de Casablanca, est sans surprise tête de liste dans la circonscription Hay Mohammadi. Il s’agit là du fief du président du conseil de la ville de Casablanca, qui est aussi ministre chargé des relations avec le parlement et la société civile dans l’équipe Benkirane. El Omari a déjà à son actif 3 législatures (2002/2014) comme élu PJD de la circonscription de Aïn Sebaa. Cet ingénieur d'Etat en électronique a été entre 2008 et 2012, secrétaire régional du parti de la Justice et du Développement (PJD) pour la région du Grand Casablanca et Président du groupe PJD à la chambre des représentants (2011/2012). Membre du Conseil national et du secrétariat général du PJD, il est depuis 2012,  DG du parti.
    Mustapha Lhaya (PJD), qui est aussi 2e vice-président du conseil de la ville en charge des travaux et infrastructures, est pour sa part, tête de liste de la circonscription de Moulay Rachid, qu’il préside actuellement.
    Pour sa part, Mohamed Yatim, député PJD et membre du secrétariat général du parti, est tête de liste à Sidi Bernoussi. Yatim est également SG de l’Union nationale des travailleurs du Maroc (UNTM), bras syndical du PJD.
    Les autres têtes de listes PJD sont respectivement, Rachid Kabil (Aïn Chock), Amina Maa El Aïnaine (Hay Hassani), Abdelmajid Joubij (Ben Msik) et Jawad Laraqui (El Fida Mers Sultan). Le candidat tête de liste de la circonscription d’Anfa n’est pas encore connu, mais Abdessamad El Haykar, 1er vice-président du conseil de la ville en  charge de l’urbanisme, de l’aménagement du territoire et des biens communaux est fortement pressenti.
    Le RNI parie sur Mohamed Chafik Benkirane, ancien président de la région du Grand Casablanca dans la circonscription de Aïn Chock. Cet homme d’affaires et architecte de profession (qui exerce à Casablanca) a été élu pour la 1re fois à Aïn Chock et à l’assemblée préfectorale de Hay Hassani-Aïn Chock en 1997. En 2003, il est élu membre au conseil de la ville de Casa, puis président de la région du Grand Casablanca la même année. Il sera réélu à ce poste en 2009.
    Mohamed Bourrahim est un autre ténor du parti de la colombe qui est tête de liste à Sidi Bernoussi. Bourrahim est également 5e vice-président du Conseil de la ville, chargé de la mobilité et du transport. Il est élu de l’arrondissement Sidi Moumen.
    Mohammed El Haddadi, 3e vice-président du Conseil de la ville chargé de la propreté, est tête de liste My Rachid/Sidi Othmane. Les autres têtes de listes sont successivement Hassan Ben Amer (Hay Mohammedi-Ain Sebaâ), Zakaria Mohamed Benkirane (El Fida-Mers Sultan), Mohamed Chebbak (Anfa), Naïma Farah (Hay Hassani) et Taoufik Kamil (Ben M’sik).
    Le PAM, qui n’a pas encore désigné l’ensemble de ses têtes de listes a néanmoins placé l’incontournable Ahmed Brija (ancien vice-président du conseil de la ville) à Sidi Bernoussi, Adil Bitar à Hay Mohammedi et Saïd Naciri (président du WAC) à Anfa. Pour leur part, Mohamed Joubail est tête de liste à Moulay Rachid, Benjelloun Touimi à El Fida, Chafik Abdelhak à Aïn Chock et Mohamed Boudraâ à Hay Hassani. Alors que celui de la circonscription de Ben M’sik n’est pas encore connu.
    L’Istiqlal s’est encore prononcé sur 6 circonscriptions (sur un total de 8). Bien évidemment, Yasmina Baddou est tête de liste à Anfa et Karim Ghellab à Ben M’sik. El Houcine Nasralleh s’est  présenté, quant à lui, à El Fida, tandis que Bouchta El Jamaï est tête de liste à Hay Hassani, Naïma Rebbah à Sidi Bernoussi et Mohamed Fettach à Aïn Chock.
    L’USFP a, pour l’heure, placé Abdelhak Mabchour, ex-membre du conseil de la ville en charge du patrimoine, en tant que tête de liste à Moulay Rachid. Abdelmaksoud Rachidi se présente à la circonscription de Hay Mohammedi, Mohamed Baâli à Aïn Chock, Kamal Dissaoui à Anfa et Abderrahim Hamed à ben M’sik.
    L’UC a tranché pour 3 circonscriptions: Mohamed Joudar (Ben M’sik), Abdellatif Harchich (Hay Mohammadi) et Mohamed Dahi (Bernoussi). Mohamed Sajid, SG de l’UC et ex-président du conseil de la ville, ne se présente pas.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc