×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Le glamour au rendez-vous avec les dames du jazz

Par Aïda BOUAZZA | Edition N°:4850 Le 05/09/2016 | Partager
La 17e édition du festival de Tanger se tiendra du 22 au 25 septembre
Des nouveautés: l’Auditorium, une programmation tournée vers les jeunes…
tanjazz_050.jpg

Pour satisfaire au mieux son public, plusieurs nouveautés sont au menu de cette 17e édition de Tanjazz. Les oreilles les plus fines pourront apprécier des moments de musique pure loin des bavardages et des rumeurs de fête à l’Auditorium, une nouvelle scène à l’intérieur du palais. Pour ceux qui apprécient des rythmes plus up-tempo, des concerts plus toniques sont programmés en fin de soirée pour satisfaire en priorité les plus jeunes

Le jazz envahit à nouveau la ville du détroit pour une 17e édition pas comme les autres. Après un 16e festival qui a fait le «Tour du monde en 100 jazzmen», cette année, Tanjazz propose de découvrir les femmes qui font le jazz d’aujourd’hui.
Sous le signe de la féminité et du glamour, du 22 au 25 septembre, l’évènement accueillera des musiciennes des quatre coins du monde, des Etats-Unis, d’Europe, mais aussi de Syrie ou du Brésil. L’occasion de découvrir ce dont la gente féminine est capable! En effet, comme l’a souligné Philippe Lorin, fondateur de l’évènement, «Pendant longtemps, les femmes du jazz étaient des chanteuses (Ella Fitzgerald, Sarah Vaughan, Billie Holliday…). En dehors du piano, où l’on permettait qu’elles s’assoient, les autres instruments étaient la chasse gardée des hommes».
Sous le thème «Les femmes du jazz», cette édition plongera le spectateur dans l’univers de ces dames non seulement vocalistes, mais qui s’approprient avec talent des instruments comme la batterie, la trompette, le trombone ou la contrebasse. Le festival qui démarrera cette année le jeudi, et non le mercredi comme à l’accoutumée, ouvrira les festivités avec un show de Anne Paceo (Victoire de la musique) qui se produira en 4tet proposant des rythmes aux influences électriques. Durant les 4 jours de Tanjazz qui se veut être un festival de découverte, le public sera servi! D’Andrea Motis, jeune prodige, trompettiste de 21 ans et chanteuse révélée par Quincy Jones au festival de Barcelone à Terry Line, drumeuse vedette des Wayne Shorter, Herbie Hancock ou Al Jarreau qui s’est entourée d’une pléiade de musiciennes de premier plan, en passant par le trio afro-brésilien de la pianiste belge Anne Wolf, il y en aura pour tous les goûts!
Dans un autre registre, Nina Van Horn, meneuse de meute blues rock, ne manquera pas de décoiffer son public. Quant à la pianiste turque, Aysedeniz Gokcin, artiste classique qui se fait un plaisir de reprendre avec brio, mais à sa façon, du Michael Jackson ou encore du Kurt Cobain, l’envoûtement sera sans aucun doute au rendez-vous. Autre moment musical immanquable, le concert du quintet 100% féminin, «Les swinging ladies». Sans oublier la formation inédite de Terri Lyne Carrington (Grammy Award pour le meilleur album jazz) qui réunit autour d’elles de grosses pointures du jazz, habituellement tête d’affiche à elle seule! Bien d’autres artistes aux univers éclectiques sont au programme, notamment l’italienne Laura Klein, la française Nina Attal ou encore la flûtiste syrienne, Naissam Jalal & Rythms of Resistance.
Et comme le veut la tradition, la danse sera partie prenante du festival, be-bop, boogie et swing feront danser les foules.
Premier festival labélisé Unesco pour sa dimension universaliste incarnant les valeurs de partage et de paix, le Tanjazz s’associe cette année au programme ONU Femmes (entité des Nations-Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes) qui parraine 3 jeunes artistes méditerranéennes dont Andrea Motis, Laura Klein ainsi que la marocaine Salma Charif Khalifi. Cette dernière, jeune casablancaise, faisait partie des finalistes du concours  «Jeunes talents» Tanjazz 2016, une initiative du festival initié en 2015 et destiné à repérer les artistes en herbe en leur permettant de jouer dans des conditions professionnelles.
Pour les aficionados, qui apprécient l’atmosphère unique de Tanjazz, ou pour les néophytes qui souhaitent découvrir l’évènement, des pass sont disponibles entre 200 et 400 DH (la soirée), ou encore à 1000 DH pour le full pass donnant accès à toutes les scènes pendant tout le festival.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc