×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Syrie: La Turquie redouble ses attaques contre les Kurdes

Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:4846 Le 30/08/2016 | Partager
Elle veut empêcher la formation d’un corridor kurde
La Russie et les Etats-Unis s’engagent pour un cessez-le-feu
syrie_turquie_046.jpg

Lundi 29 août, l'offensive turque continue pour la sixième journée. Les frappes de l'artillerie turque visent 15 positions dans le nord. L’OSDH affirme que plus de 40 civils ont été tués alors que l’armée turque n’en déclare que 10

L’offensive terrestre de l’armée turque en Syrie appelée «bouclier de l’Euphrate» s’intensifie. Avec l’appui aérien des Américains, elle a permis de chasser Daech de la ville de Jarablos, à la frontière entre la Syrie et la Turquie. L’armée turque se trouve actuellement  dans les zones contrôlées par les Forces démocratiques syriennes (FDS), une coalition qui regroupe des combattants syriens proches du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), ennemi juré d’Ankara.
La Turquie ne se désengagera qu’après avoir fait reculer les combattants kurdes à l’est de l’Euphrate et qu’elle s’assure qu’ils ne feront pas une jonction avec le PKK. Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Cavusoglu, a accusé lundi 29 août la milice kurde du YPG de procéder à un «nettoyage ethnique» en Syrie. «Dans les endroits où il se rend, le YPG force tout le monde à migrer, y compris les Kurdes qui ne pensent pas comme lui», a-t-il déclaré à la presse.   
Lors de ces attaques, l’armée turque annonce avoir tué 25 «terroristes» et assure tout faire pour ne pas toucher les civils. Cependant, l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) informe qu’une quarantaine de civils ont perdu la vie après les bombardements turcs accentués au sud de Jarablos, ville proche de la frontière syrienne.
Ces offensives ont eu lieu en même temps que des diplomates russes et américains étaient réunis à Genève pour trouver un accord de coopération en Syrie. Après douze heures d’entretien, le secrétaire d’Etat américain John Kerry a annoncé qu’ils ont «clarifié la voie menant vers un cessez-le-feu».
La Turquie a dépêché ses troupes pour éliminer la menace terroriste sur sa frontière avec la Syrie. Mais en réalité, ses mobiles stratégiques sont différents de ceux de son allié américain. Son objectif premier reste de toute évidence de contrecarrer les Kurdes syriens du Parti de l’Union démocratique (PYD) et les milices des unités de protection des peuples (YPG) et les empêcher de créer une zone autonome de la Turquie. Le président turc, Recep Tayyip Erdogan a déclaré lors de son déplacement à Gaziantep qu’il est aussi «déterminé» à éradiquer l’Etat islamique que les forces kurdes. «Nous soutiendrons tous les efforts pour chasser l'Etat islamique de Syrie comme d’Irak», a-t-il affirmé, «nous sommes résolus de faire la même chose des séparatistes du Parti de l’Union démocratique, notre lutte se poursuivra jusqu’à ce que nous ayons déraciné cette organisation terroriste», a-t-il poursuivi.

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    publi[email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc