×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Banques offshore
    Malgré un recul d’activité, elles demeurent rentables

    Par Soufiane NAKRI | Edition N°:4845 Le 29/08/2016 | Partager
    A fin 2015, leur produit net bancaire progresse de 24%
    Un effet de marge d’intérêt et des commissions
    En revanche, les dépôts de la clientèle ralentissent
    banques_offshore_045.jpg

    Durant les trois dernières années, les principaux indicateurs de performance des banques offshore se sont nettement améliorés. A fin 2015, le produit net bancaire ainsi que le résultat net ont été doublés par rapport à l’année de 2013

     

    Les banques offshore de Tanger continuent de réaliser de belles performances financières même si le volume d’activité n’est pas encore au rendez-vous. A fin 2015, les principaux indicateurs qui mesurent la rentabilité s’inscrivent dans un trend haussier depuis les trois dernières années (voir infographie). Selon le rapport de la supervision bancaire de Bank Al-Maghrib, le produit net bancaire des banques offshore augmente à 602 millions de dirhams en progression de 24%. Une hausse qui  s’explique par un effet de marge d’intérêt de 34% à 554 millions de dirhams et marge sur commissions de 24% à 21 millions. Les banques offshore affichent  un résultat net  en hausse de 33% contre 48% un an auparavant à 492 millions de dirhams.
    Par ailleurs, pour plus d’indépendance financière, ces établissements ont augmenté leurs fonds propres de 16% pour totaliser un montant de 627 millions de dirhams. C’est à peine 1,5% de la totalité des ressources. Le plus gros  du passif du bilan était représenté par les dettes envers les établissements de crédits.
    Pour sa part,  l’encours des créances sur la clientèle a accusé, pour la troisième année consécutive, une baisse de 12%  contre 7,2% l’année passée. Cette situation est attribuée à  la contraction des crédits de trésorerie (-7%) et des crédits à l’équipement (-12,7%). Ce qui a généré un recul de l’encours global des crédits de 13 milliards de dirhams contre 15 milliards un an auparavant. Même tendance pour les dépôts de la clientèle qui ont enregistré un ralentissement de 8 points à 4,3 milliards de dirhams.
    Rappelons que le nombre des banques offshore n’a pas bougé depuis 2011. Sur 53 établissements de crédits (banques et sociétés de financement), l’activité est portée par 6 établissements: Attijari International Bank,  Banque Internationale de Tanger (Crédit du Maroc), BMCI Banque offshore,  Chaabi International Bank, Société Générale Tanger Offshore et la BMCE Bank Offshore. Ces banques bénéficient de plusieurs avantages sur la partie de change ainsi que des réductions fiscale et douanière.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc