×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique

Gabon: Présidentielle à haut risque

Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:4844 Le 26/08/2016 | Partager
L’économie subit le contre-coup de la chute du pétrole
Le scrutin à un tour se déroule ce samedi 27
Près de 400 millions de dollars d’IDE marocains
gabon_044.jpg

Ce samedi 27 août, les 628.000 électeurs gabonais sont appelés aux urnes pour choisir entre les onze candidats en lice pour le fauteuil présidentiel. Parmi eux, deux sortent du lot. Il s’agit du président sortant, Ali Bongo Ondimba, fils d’Omar Bongo qui a été au pouvoir pendant 41 ans. Face à lui, la figure majeure de l’opposition, Jean Ping, ancien ministre sous Omar Bongo. Ce dernier a pu, durant sa campagne, rallier dans son camp trois poids lourds de l’opposition: Camisir Oyé Mba, Guy Nzouba Ndama et Léon-Paul Ngoulakia qui ont en commun d’avoir travaillé pour le pouvoir en place. Cette élection intervient dans un contexte de marasme économique, dû à la chute des cours du pétrole. La baisse des recettes budgétaires a conduit l’Etat à geler plusieurs projets d’infrastructure.
Le Gabon est le cinquième pays producteur du pétrole en Afrique, principal moteur de son économie. Ce qui lui a bien profité entre 2009 et 2014 où la croissance a progressé de 6%. Cependant, la demande au niveau mondial a dégringolé et le cours avec. Conséquemment, la croissance économique du pays suit cette tendance négative. Le Fonds monétaire international a annoncé, dans ses prévisions pour l’année 2016, une croissance de 3,2%, contre 5,6% en 2013.
Quand le pétrole va, tout va. L’or noir représente plus de 40% des recettes budgétaires de l’Etat gabonais. La chute des cours du baril a fait

gabon_2_044.jpg

Le Gabon est classé 162e sur 189 pays dans le rapport sur le climat des affaires de la Banque mondiale. Le pays a lancé un plan stratégique visant à hisser le pays au rang des économies émergentes à l’horizon 2025

fondre ces recettes. Ce qui a eu pour conséquence d’augmenter la dette publique. L’Etat a par ailleurs accumulé des impayés sur les marchés dont certains chez des entreprises marocaines. D’autres secteurs d’activité ont été affectés. En 2015, l’agroalimentaire a baissé de 1%, la construction a reculé de 3% et la production du bois s’est déclinée à 5,5% en 2015 contre 28,5% en 2014. En conséquence,  une forte hausse du chômage plane sur le pays. Selon les statistiques, le taux a dépassé les 30%.
Pour faire réduire sa forte dépendance du secteur pétrolier, le pays a choisi de diversifier son économie. Le gouvernement s’est lancé dans de grands chantiers, à savoir: la construction d’une grande aérogare, d’une centrale thermique à gaz, d’un énorme stade de football pour accueillir la CAN 2017 ainsi que la réhabilitation de la voie urbaine comme celle du Port-Gentil Omboué (93 km) qui était jusque-là impensable étant donné qu’elle traverse une mangrove.
Le Gabon est un allié politique du Maroc avec lequel il entretient d’excellents rapports économiques. D’où la forte présence de ce dernier dans l’économie gabonaise, notamment dans le secteur bancaire où Attijariwafa bank s’est bien démarquée après la reprise de l’UGB, Union gabonaise de banque. Dans le secteur des télécoms, le Maroc a racheté Gabon Telecom et devient le premier fournisseur d’Internet et le deuxième de la téléphonie mobile. L’ambassade marocaine à Libreville estime à 400 millions de dollars les investissements directs marocains dans le pays. Le Royaume du Maroc est également présent dans le secteur du transport maritime avec la société Satram, du transport aérien avec la Royal Air Maroc et dans l’exploitation de l’or et du bois... Reste plus que la suppression du visa pour parvenir à établir davantage de relations économiques entre les deux pays.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    redacti[email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc