×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Régions

    Oujda: Les favoris entrent en scène

    Par Ali KHARROUBI | Edition N°:4844 Le 26/08/2016 | Partager
    Aucune femme pressentie tête de liste
    Des outsiders à redouter
    oujda_election_044.jpg

    De gauche à droite et du haut vers le bas; Essghiri du PAM Othmani du PJD, Sghir du RNI, Hjira du PI, Haddouch (USFP) et d’autres candidats se partageront les 4 sièges d’Oujda (Ph. A.K.)

    A Oujda les belligérants des législatives d’octobre n’ont pas attendu août pour lancer officieusement leurs candidatures. Certains noms étaient connus depuis belle lurette même si officiellement on avance les procédures de candidature et démocratie interne des partis. Toutefois, quelques surprises sont à souligner. La non-candidature de Abdellah El Hamel, le secrétaire local du PJD à Oujda et l’exclusion d’Abdelaziz Aftati, célèbre pour ses sorties médiatiques et critiques à l’égard du gouvernement et de ses adversaires politiques. Pour « éviter sa colère », sa femme Mouna Aftati est proposée pour la liste nationale féminine.
    Le parti de la lampe a renouvelé sa confiance en Mohammed Othmani. Un élu qui applique à la lettre les directives du parti. Il sera secondé par Ismail Zougagh, un chercheur universitaire spécialisé dans l’innovation et les énergies renouvelables. De sources concordantes, ce choix a fait plusieurs mécontents.
    Concernant le PAM, il n’a pas encore finalisé sa liste même si le trio de tête est connu. Hicham Essghir, l’actuel président du conseil provincial, occuperait la première place et sera secondé soit par Abderrahim Bioui ou Abdelkader Chayeb. Pour la liste féminine nationale, Badia Filali bénéficie de l’aval des décideurs du parti. Ceci dit la non- candidature de Salima Faraji, précédente secrétaire locale et actuelle députée parlementaire, soulève plusieurs interrogations.
    Quant au RNI, il a renouvelé sa confiance en Yahia Sghiri pour présider sa liste et redorer le blason d’un parti qui a perdu de sa popularité depuis le retrait de ses ténors. Sghiri compte sur une nouvelle génération de militants pour briguer l’un des quatre sièges parlementaires réservés à Oujda. C’est le cas aussi pour Omar Hejira qui présidera les destinées de l’Istiqlal. L’actuel président du conseil communal risque gros à cause des dissensions qui menacent son parti même si plusieurs militants du parti se veulent rassurants. Hejira ne sera pas le seul pharmacien à se présenter le 7 octobre prochain. Le Mouvement populaire compte aussi proposer un autre pharmacien, Lotfi Sahli. Une nouvelle figure politique.
    De son côté, l’USFP a placé sa confiance en Lakhdar Haddouch, un habitué des élections et ancien parlementaire et président de la commune d’Oujda. Le recours à Haddouch divise les militants du parti de la rose, déjà affaiblis par des désistements de masse. Seulement Haddouch jouit d’une popularité dans certains quartiers périphériques de la ville et peut créer la surprise. Son reproche, c’est qu’il a beaucoup navigué entre les partis. C’est le cas aussi de Mimoun Akel qui se présentera au nom du PPS. Cet ancien istiqlalien compte créer la surprise vu ses multiples connaissances.

    De notre correspondant,
    Ali KHARROUBI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc