×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Les barbouzes vrais et faux se surpassent…

    Par Nadia SALAH | Edition N°:4843 Le 25/08/2016 | Partager
    Le plus intéressant: les flèches, en trois lignes bien senties
    D’excellentes remarques sur le savoir-être des Casablancais
    route_danfa_043.jpg

    Franchement, il serait dommage de ne regarder que les péripéties du scénario: des grenouillages plus ou moins malins des agents vaguement secrets, appointés par les Russes, Français, Marocains, Américains… Ils sont davantage présents, certes , dans le tome 2 que dans le premier: «Route des Zaërs».
    Ce premier volume fut un succès de librairie.  Sur la «Route d’Anfa», le quartier chic de la capitale économique, les petits indicateurs et grands barbouzes (vrais ou faux!) se surpassent tout autour du narateur, où l’on est libre de reconnaître l’auteur et ses fantasmes.

    Franchement, il serait dommage de ne regarder que les péripéties du scénario: des grenouillages plus ou moins malins des agents vaguement secrets, appointés par les Russes, Français, Marocains, Américains… Ils sont davantage présents, certes , dans le tome 2 que dans le premier: «Route des Zaërs».
    Ce premier volume fut un succès de librairie.  Sur la «Route d’Anfa», le quartier chic de la capitale économique, les petits indicateurs et grands barbouzes (vrais ou faux!) se surpassent tout autour du narateur, où l’on est libre de reconnaître l’auteur et ses fantasmes.
    Gageons que le second tome va s’arracher mieux encore que le premier volume: il est si délicieux de chercher à reconnaître quelques grandes figures de Casablanca, rudement bien brossées au fil des pages.
    Et il y a aussi ceux qu’on ne reconnaît pas tant, l’auteur les a chargés des maux et travers. Dans la vie normale, il faut plusieurs personnes pour porter tant d’ignominie et de bassesse. Le pire de tous est le personnage de Zendeb qui n’a pas assez de doigts pour les tremper dans les pots de miel frauduleux qu’il  domine… jusqu’au jour où il prendra l’hélicoptère sans avoir payé sa place.
    Les autres filous ne sont pas mal non plus. «Route d’Anfa» construit tout un écosystème (le terme est à la mode), à 1.000% casablancais, qui tripote allègrement dans le business. Ce qui est vraiment le plus amusant, c’est la façon qu’a Guillaume Jobin de dessiner en trois lignes féroces les médiocrités sociales et les défauts personnels. On ne ratera pas, «c’est clair», les bévues du ministre de la Communication, les snobismes du milieu de la mode (où l’auteur est pourtant marié) , les crasses de journalistes… Sans oublier les faux introduits auprès de «qui-vous-savez» (qui ont un génie spécial pour les escroqueries)  et les consultants devenus experts en aveuglement de leur boss.
    Hillarant, piquant  et jamais vraiment méchant. C’est probablement la marque de fabrique de Guillaume Jobin.

     

                                                                                 

    A ne pas manquer

    livre_jobins_043.jpg

    Guillaume Jobin a publié au Maroc deux livres d’histoire contemporaine. Il s’agit de travaux documentés et/mais faciles à aborder. Ce qui est très rare en la matière: trop souvent les savants se croient obligés de ne parler qu’avec leurs pairs, oubliant tous leurs vrais publics.
    Le livre «Route des Zaërs» se situe dans un tout autre registre que les deux publications d’histoire, puisqu’il s’agit en quelque sorte de la première partie de «Route d’Anfa». Le même journaliste-espion grenouille dans les mêmes types de milieux, r’batis pour l’occasion. Et toujours des flèches bien décochées…

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc