×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Motos: Le permis désormais obligatoire

Par Hassan EL ARIF | Edition N°:4839 Le 19/08/2016 | Partager
Même les deux-roues de moins de 50 cm3 sont concernés
Objectif: Améliorer la sécurité routière
Le parc estimé à plus de 2 millions de motocycles

Enfin une mesure de bon sens en matière de circulation. Les propriétaires de deux-roues, même d’une cylindrée de moins de 50 cm3, sont désormais obligés d’avoir un permis pour conduire. L’obligation, qui s’applique également aux propriétaires de quads de moins de 50 cm3, a été introduite dans le nouveau code de la route. La loi institue une nouvelle catégorie de permis de conduire appelée «AM» dédiée aux motos de petite puissance fiscale.
A l’évidence, la mesure a pour objectif d’améliorer la sécurité routière d’autant plus que certains motards conduisent parfois sans respecter les dispositions du code de la route et sont parfois impliqués dans de graves accidents. «Nous estimons le parc de motos à plus de 2 millions de motocycles, dont 500.000 d’une cylindrée de 50 cm3. Quant aux triporteurs en circulation, leur nombre devrait varier autour de 200.000 unités», explique Abdellatif Filali, président de l’Association marocaine des importateurs, distributeurs et revendeurs de motocycles (Admirev).
L’institution d’une nouvelle catégorie de permis avait été réclamée par les professionnels de la sécurité et les importateurs pour permettre de régulariser la situation des milliers de motos. Sauf qu’il n’y avait pas d’accord sur le seuil à partir duquel ce document devait être obligatoire. Le gouvernement vient de trancher en généralisant le permis à toutes les catégories de motocycles.
Le code de la route, qui a été publié au Bulletin officiel du 11 août 2016 (Voir L’Economiste du 18/08/16) ne précise pas les modalités d’obtention du nouveau permis. «Les professionnels de la sécurité avaient proposé l’instauration d’une formalité assouplie, qui consisterait à suivre des cours de conduite auprès d’une auto-école. Muni d’une attestation, le conducteur d’un motocycle pourra demander le permis auprès du service des mines», rappelle Mustapha Hajji, président de la Fédération marocaine des moniteurs des auto-écoles. Il faudra certainement attendre un texte d’application pour clarifier les conditions de délivrance du nouveau permis, la forme du support, le contenu de la formation, l’échéancier, les sanctions...  Des dispositions indispensables car, les agents de contrôle devront être fixés quant à l’attitude à avoir en cas d’infraction. Mais d’ores et déjà, le code de la route précise que les motards ne seront pas soumis aux examens théoriques et pratiques pour obtenir le permis «AM».
L’on devrait s’acheminer vers un calendrier sur plusieurs mois afin de permettre aux usagers de se mettre en conformité par rapport au nouveau code de la route. Une chose est sûre: sans sanctions, telles que le paiement d’une amende et/ou la mise en fourrière, personne ne se soumettra à cette obligation. L’on sait déjà que le permis «A1», destiné aux motocycles et aux quads légers n’était pas respecté par les usagers.

Triporteur, voiture particulière: Même permis

L’autre nouveauté en matière de conduite concerne les triporteurs (toutes catégories confondues) et les quads de plus de 50 cm3. La conduite de ces types d’engins est désormais conditionnée par l’obtention du permis «B», le même que celui utilisé pour conduire une voiture particulière. Dans l’ancien texte, c’est le permis «A1» qui était obligatoire. Selon les professionnels, le changement de catégorie s’explique par la volonté du département de tutelle de permettre aux propriétaires de se mettre en conformité par rapport à la loi qui prévoit qu’à partir d’une cylindrée de 50 cm3, le permis devient obligatoire. En même temps, l’engin doit porter une plaque d’immatriculation et avoir une carte grise, sans oublier le paiement d’une assurance selon un barème en rapport avec la puissance fiscale de l’engin.
Des formalités qui expliquent le retard pris par le calendrier de régularisation de ces motos, qui était arrivé à échéance fin juin 2016 et qui a été prorogé jusqu’au 31 décembre prochain.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc