×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Donald Trump ira-t-il jusqu’à la présidentielle?

    Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:4837 Le 17/08/2016 | Partager
    L’éventualité de son remplacement sur la table du comité du parti
    Le républicain ne souhaite pas changer sa manière de faire campagne
    trump_4837.jpg

    «Je vais juste continuer à faire ce que je fais. À l’arrivée, soit ça marche, soit j’aurai de très longues et belles vacances», a affirmé Donald Trump sur la chaîne NBC (Ph. AFP)

    Le candidat républicain, Donald Trump, en mauvaise passe depuis ses déclarations contestées de toute part, tente tant bien que mal de remonter la pente. Même son propre camp le juge inapte à devenir président des Etats-Unis. L’alternative de le  remplacer est mise sur la table. La clause n°9  du règlement du Parti républicain prévoit cette hypothèse, «en cas de mort, d’incapacité ou autre», ce qui est assez vague. Les membres du comité national du parti, dans ce cas, se rassembleraient pour soit exhorter une nouvelle convention ou choisir un remplaçant.  Dans son dernier discours donné dans la ville de l’Ohio, Trump a dressé son plan de lutte contre le terrorisme islamique international. Il y prévoit tout d’abord un filtrage extrême des immigrants pour protéger les Etats-Unis, en soulignant la nécessité de suspendre momentanément l’immigration de certains pays instables susceptibles d’exporter le terrorisme. «Il faut filtrer tous ceux qui ont une attitude hostile envers notre pays ou ses principes», a-t-il déclaré. Par la suite, Trump n’a pas hésité à critiquer les décisions prises par le président Barack Obama et la candidate aux élections, Hillary Clinton. «Nous avons créé les vides qui permettent au terrorisme de se développer et de prospérer», a-t-il déclaré, «la politique d’Hillary Clinton a permis d’offrir une scène mondiale au groupe Etat islamique».

    La riposte de l’équipe Clinton ne s’est pas fait attendre. Dans un communiqué, le conseiller politique de Hillary Clinton déclare que «cette prétendue politique ne peut pas être prise au sérieux». «C’est un subterfuge cynique pour échapper à l’examen de sa proposition scandaleuse d’interdire notre pays à une religion entière, et personne ne doit s’y laisser prendre», finit-il par avancer. 
    Connu par ses appels à éradiquer l’immigration ou à interdire aux musulmans d’entrer aux Etats-Unis, le candidat républicain ne semble plus faire l’unanimité même auprès de son rang qui souhaite le voir prendre un ton plus consensuel. Mais visiblement, ce n’est pas à quoi il travaille. «Je suis direct avec les électeurs. Je ne sais pas si ça va marcher parce que je ne suis pas un professionnel de la politique et ça, j’en suis fier. Mais je fais un super boulot, politiquement», clame-t-il! 
    Excepté la présentation de son programme économique, Trump reste incontrôlable. Plusieurs se posent des questions sur sa réelle volonté de remporter la présidentielle, s’il est vraiment convaincu de sa campagne électorale! D’autres affirment qu’il ne pourra jamais devenir le président des Etats-Unis. Tout cela ne paraît pas vraiment l’inquiéter puisque, comme il l’a lui-même admis, en cas de perte, il pourra alors «prendre de longues et belles vacances».

     

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc