×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Evénement

    Banques: Le risque MRE s’amoindrit

    Par Franck FAGNON | Edition N°:4837 Le 17/08/2016 | Partager
    Le taux d’impayés de cette clientèle baisse à 8,2%
    Mais l’on reste encore très loin des niveaux d’avant la crise de 2008
    164 milliards de DH d’avoirs auprès des banques, soit 14% des ressources du secteur
    banques_mre_037.jpg

    La crise européenne avait conduit à une diminution, voire une disparition momentanée des revenus de plusieurs MRE. L’année dernière, la plupart des économies ont connu une baisse ou une stagnation du taux de chômage. Mais la lenteur de la reprise européenne maintient la situation financière des MRE sous pression

    Les banques sont sur le pont avec la clientèle des Marocains résidant à l’étranger (MRE), en tout cas, plus que le reste de l’année. L’été est la période que nombre de Marocains de la diaspora choisissent pour concrétiser des projets.
    Les banquiers abordent cet intervalle avec plus de sérénité puisqu’en face, le risque s’est amoindri. Le taux des créances en souffrance a légèrement diminué de 0,5 point en 2015 pour s’établir à 8,2%. L’on reste encore très loin des niveaux d’avant la crise de 2008, où le taux de risque était limité à 2,3% en 2007 par exemple. Cependant, le changement de direction de la courbe l’année dernière traduit une légère amélioration de la conjoncture dans les pays d’accueil des MRE. La plupart ont enregistré une baisse ou une stagnation du taux du chômage en 2015. La crise européenne avait conduit à une diminution, voire une disparition momentanée des revenus de plusieurs

    taux_creances_037.jpg

    Le taux des créances en souffrance des ménages a diminué de 0,3 point en 2015 pour s’établir 7,5%. L’amélioration concerne aussi bien les ménages résidents que les Marocains résidant à l’étranger. Pour ces derniers, le changement de trajectoire dénote d’un léger progrès de la situation économique dans les pays d’accueil

    MRE. Beaucoup ont donc connu des difficultés à rembourser leurs crédits, en particulier les prêts immobiliers. Même si la situation s’améliore, la lenteur de la reprise en Europe ne permet pas une baisse significative de la sinistralité.
    Globalement, la situation financière des MRE reste tendue. Depuis 2008, le rythme de progression des transferts de fonds a été divisé par quatre comparé à la période 2000-2007. Au-delà des facteurs conjoncturels, les observateurs lient en partie cette baisse de régime à l’évolution de la démographie des MRE. Les générations actuelles auraient moins d’attache avec leur pays d’origine. Ce qui pourrait, à l’avenir, peser sur les transferts de fonds.
    Pour l’heure, les envois de fonds des MRE demeurent significatifs malgré le contexte peu porteur. Ils ont transféré 49 milliards de DH en moyenne par an depuis 2003. C’est un créneau sur lequel les banques se livrent une forte concurrence tout comme sur les dépôts des Marocains de la diaspora. A fin 2015, leurs avoirs dans les banques marocaines se sont chiffrés à 164 milliards de DH, soit 14% des ressources du secteur.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc