×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Syrie: L’EI perd du terrain

    Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:4835 Le 15/08/2016 | Partager
    Les combattants du groupe terroriste chassés de leur fief de Minbej
    Des centaines de civils, utilisés comme bouclier humain, relâchés
    syrie_ei_035.jpg

    Le groupe Etat islamique se retrouve dos au mur en Syrie, après la perte de plusieurs zones sous son contrôle durant les derniers mois (Ph. AFP)

    Le groupe Etat islamique continue de perdre du terrain en Syrie. Ses combattants ont été délogés de leur fief de Minbej, qui constituait un carrefour vital de ravitaillement. Plusieurs centaines de civils ont été relâchés, hier, par l’Etat islamique. Plus de 2.000 personnes ont été prises en otage et utilisées comme bouclier humain, lors de la fuite des combattants de ce groupe terroriste, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme. Les «Forces démocratiques syriennes», qui avaient conquis la ville de Minbej, ont précisé que parmi ces civils, certains ont pu s’échapper sur la route menant à Jarablous. Des ONG syriennes ont aussi fait savoir que certaines personnes ont accompagné les jihadistes de Daesh dans leur fuite, par peur des représailles des «Forces démocratiques syriennes».
    Depuis le début de l’offensive sur les troupes de l’Etat islamique dans cette région, la première semaine d’août, 437 civils ont été tués, dont 105 enfants. Les «Forces démocratiques syriennes», qui ont réussi à déloger l’EI de son fief de Minbej, sont constituées d’une coalition de combattants arabes et kurdes, soutenus par les Etats-Unis. Cette nouvelle défaite des troupes de Daesh confirme l’affaiblissement de ce groupe terroriste, ayant perdu plusieurs zones auparavant sous son contrôle. En mars dernier, l’armée syrienne et les forces russes avaient réussi à reprendre la ville de Palmyre des mains de Daesh. Ce groupe avait aussi perdu la zone de Tal Abyad, à la frontière avec la Turquie, en juin dernier, suite à des attaques de la coalition des kurdes et des rebelles. Ce sont les forces kurdes qui avaient également chassé l’EI de la ville de Kobané au début 2015, sonnant le glas du contrôle de Daesh de cette zone frontalière avec la Turquie.
    Face au retrait de l’EI dans le Nord du pays, les combats se poursuivent à Alep, dans le Nord ouest. Plus de 51 civils ont péri suite aux bombardements dont a fait l’objet cette zone, samedi dernier, selon les données recueillies par l’Observatoire syrien des droits de l’homme. Ces opérations ont été menées par les forces loyalistes et russes ainsi que par les combattants rebelles. Les troupes du régime syrien ont attaqué plusieurs quartiers rebelles, à l’Est d’Alep, abattant 15 civils et faisant une dizaine de blessés. La riposte de l’artillerie rebelle s’est traduite par l’assassinat de 9 civils dans les quartiers Ouest de la ville. 27 personnes ont également perdu la vie dans des raids des forces russes et des combattants loyalistes, visant 3 autres villes.

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc