×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    L’Atlas Electronic
    Le dernier né des festivals à Marrakech

    Par Stéphanie JACOB | Edition N°:4835 Le 15/08/2016 | Partager
    1re édition de l’Atlas Electronic Music & Arts
    A la Villa Janna du 1er au 4 septembre
    Arts et musiques électroniques au programme
    atlas_electronic_035.jpg

    Parmi les têtes d’affiche de ce tout nouveau festival à Marrakech, le producteur londonien James Holden remarqué pour avoir remixé New Order, Radiohead ou Depeche Mode. L’artiste ouvre les 4 jours de fête aux côtés de Maalem Houssam Guinea, fils d’une légende disparue de la musique gnaoua, Maalem Mahmoud Guinea (Ph. Atlas Electronic)

    Du film ou du rire pour les plus grands, de la danse ou de l’astronomie pour les plus intimistes, les festivals s’enchaînent mais ne se ressemblent pas. Marrakech est une nouvelle fois la destination choisie pour le lancement de l’Atlas Electronic Music & Arts. Une rentrée aux sonorités électro pour ce tout nouveau festival des arts et musiques électroniques dont le programme vient d’être dévoilé.
    Du 1er au 4 septembre, cette 1re édition reçoit la scène de la musique électronique locale et des pointures internationales comme le producteur londonien James Holden remarqué pour avoir remixé New Order, Radiohead ou Depeche Mode. L’artiste ouvre les 4 jours de fête aux côtés de Maalem Houssam Guinea, fils d’une légende disparue de la musique gnaoua, Maalem Mahmoud Guinea. Un savant mélange de genres, d’époques et d’influences. Autre invité de renommée mondiale, Ryan Elliott, résident du club mythique Berghain à Berlin et membre de la nouvelle scène électronique allemande. De la pure fusion maintenant, celle de Jugurtha, qui se présente comme un groupe d’électro-oriental inspiré par le mariage de la musique synthétique aux musiques arabe et berbère. Même éloge du métissage avec Acid Arab, prévu le vendredi 2 septembre, tout comme Boris Werner, l’un des principaux contributeurs de la scène hollandaise ou encore Optimo, un duo très accroché à sa liberté de produire une musique sans frontière. Kornél Kovács, Thomas Hayat, Anil Aras ou Sophia Moulay sont quelques noms de la longue liste d’artistes annoncés à ce festival plein de promesses organisé par Karim Mrabti et Triphouse Rotterdam et leurs partenaires. Le lieu des festivités? L’amphithéâtre de la Villa Janna au cœur de la palmeraie, qui suit une politique stricte de protection de l’environnement, entre constructions en terre, énergies renouvelables, traitement des eaux, recyclage des déchets et permaculture. Un lieu éco-responsable pour un festival dédié à la mixité. En plein dans l’air du temps!
    De notre correspondante,
    Stéphanie JACOB

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc