×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Marrakech
    L’insalubrité des maisons fait 3 morts

    Par Stéphanie JACOB | Edition N°:4835 Le 15/08/2016 | Partager
    2 enfants et leur tante ensevelis
    Un drame qui dénonce les dangers de ces maisons vétustes de la médina
    Des habitants résignés et livrés à leur sort
    marrakech_effondrement_035.jpg

    Le toit de cette maison au numéro 26-27 du derb Chérif à Bab Taghzout menaçait de s’effondrer depuis longtemps. Les propriétaires avaient déjà signalé le danger aux autorités compétentes. Mais rien n’avait été fait. Il est tombé vendredi soir, tuant 1 femme et 2 enfants (Ph. Mokhtari)

    Ironie. Dans ce quartier de la médina de Marrakech, Bab Taghzout, on ne compte plus les maisons effondrées. Il ne reste que certains murs, des pièces éventrées, alors on calfeutre, on bâche, et on continue d’y vivre. Car sinon où aller? Enfin on continue d’y vivre jusqu’au drame. Comme ce vendredi 12 août dernier au soir quand le plafond du dernier étage du numéro 26-27 de Derb Chérif s’effondre. Les 2 enfants et leur tante, qui dormaient dans la pièce du dessous sont ensevelis. A côté, sains et saufs, les grands-parents et les parents des enfants. Mais personne n’a rien pu faire. Pendant près de ¾ heure, en attendant les secours, ce sont les voisins qui se sont immédiatement mobilisés. En chaîne, ils ont dégagé les énormes gravats pour atteindre les corps à l’arrivée des pompiers.  

    marrakech_effondrement_035.jpg

    Dans ce quartier de la médina de Marrakech, Bab Taghzout, on ne compte plus les maisons effondrées. Il ne reste que certains murs, des pièces éventrées, bâchées, calfeutrées car les habitants n’ont pas d’autre choix que de continuer à y vivre (Ph. Mokhtari)

    C’est dans ce quartier également que l’on visite le musée de l’art de vivre. Voilà l’ironie. Pour les habitants, vivre dans des maisons menaçant ruine est un art de vivre. Un fait auquel ils doivent s’habituer. «Nous sommes nombreux à avoir signalé le danger que représentent nos maisons, comme l’avaient fait les victimes» explique Msine, un habitant, qui a en main son jugement du tribunal pour la démolition de sa vieille demeure. «Mais nous ne sommes pas entendus. Les démarches traînent indéfiniment sans solution à notre problème. Tout est fait pour nous décourager» déplore-t-il. Pense-t-il que cet accident qui a coûté la vie à 3 de ses voisins fera avancer leur situation? «Non! Dans quelques jours, tout redeviendra comme avant, et nous resterons dans ce chaos. Les gens continueront à construire n’importe comment, à rajouter des étages sur leur maison déjà fragile parce qu’ils ont payé pour avoir des autorisations, hors-la-loi pourtant, et ce genre de drame aura encore lieu». Aucun espoir dans leur discours. Juste de la résignation.

    De notre correspondante,
    Stéphanie JACOB

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc