×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Antidumping
    Nouveau clash dans la norme qualité des carreaux

    Par Faiçal FAQUIHI | Edition N°:4835 Le 15/08/2016 | Partager
    L’arbitrage de l’Habitat et de l’Industrie
    Un président plébiscité par ses pairs
    antidumping_2_035.jpg

    Le discours du président des importateurs de céramique (au centre), Youssef Belakaid, prend un ton martial lorsqu’il est question de «faire face à certaines attaques». Allusion à l’enquête antidumping sur la céramique espagnole (Ph. F.F)

    Pour l’Association nationale des professionnels de la céramique et du second œuvre (Apisa), l’heure est grave en ce jeudi 4 août à Casablanca. L’enquête antidumping engagée contre la céramique provenant d’Espagne occupe les esprits (voir pages 3 et 4). Convoqués, plus d’une vingtaine de membres ont répondu présent à l’assemblée générale ordinaire et extraordinaire. Un huissier de justice prend note.
    L’approbation du rapport moral et financier passe comme une lettre à la poste. Autre point à l’ordre du jour, la démission du président de l’Apisa, Youssef Belkaid. Son mandat de trois ans se termine en juin 2017. Soumise au vote, la décision de quitter la présidence a été écartée à l’unanimité lors de l’assemblée générale extraordinaire.
    Et pour cause, Youssef Belkaid, PDG de Strapex, «a initié des dossiers épineux qu’il serait difficile à son successeur de reprendre», estime Mohammed Zeamari, PDG de Casa Cleopatra et membre du bureau. Interrogé par L’Economiste sur sa volonté de démissionner, le premier importateur de céramique fait part «de l’existence d’une pression quotidienne monstrueuse». Sur le plan professionnel s’entend. D’où l’engagement moral pris par les membres de l’association de «se mobiliser encore plus».
    Pas question donc pour les importateurs de laisser partir leur porte-parole historique. Le fondateur de Strapex assure cette fonction depuis 2005. Soit une décennie au front pour batailler contre les mesures de sauvegarde réclamées et obtenues par les céramistes locaux. Ce combat a cédé depuis la place à d’autres duels toujours en cours. Il y a bien sûr la plainte pour dumping déposée le 1er avril 2016 par les producteurs de céramiques. Mais aussi la norme obligatoire ISO 13006 déjà en place. Les «exigences complémentaires» réclamées par la corporation des producteurs (Apic) pour «mieux protéger le marché contre les produits défaillants». Leurs contradicteurs y voient plutôt «une entrave technique au commerce». A part l’utilisation du carreau de revêtement (sol ou mur), son degré d’absorption fait débat. Quant à la traque du plomb et du cadmium dans la céramique utilisée pour les tables de cuisine, «il y a longtemps que ces substances ont été interdites par l’industrie internationale de la céramique», soutiennent les importateurs dans une correspondance adressée fin 2015 au ministère de l’Habitat.
    «Par manque de consensus, l’Institut marocain de normalisation a demandé un arbitrage aux ministères de l’Industrie et de l’Habitat», annonce le porte-parole des importateurso. 

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc