×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Paiement en ligne: Record historique de l’activité

    Par Ayoub IBNOULFASSIH | Edition N°:4833 Le 11/08/2016 | Partager
    L’achat en ligne marque un bond spectaculaire à 873,4 millions de DH
    La limitation des cartes étrangères, une décision délibérée du CMI
    paiement_en_ligne_033.jpg

    La hausse considérable du paiement par carte depuis des années s’explique par la campagne de communication d’envergure pilotée par le CMI en partenariat avec l’ensemble des établissements bancaires, visant à lever les craintes qui planent sur le paiement par carte

    Le paiement en ligne bat son plein au premier semestre 2016. La tendance est mise en avant par les statistiques du Centre monétique interbancaire (CMI). Près de 1,7 million d’opérations d’achat en ligne ont été recensées lors des six premiers mois de l’année. Ces transactions ont généré chez les sites marchands un volume de 873,4 millions de DH, soit un bond spectaculaire de 35,4% par rapport au 1er semestre 2015. Trois secteurs sont à l’origine de ce record historique. En tête de classement figure «eGov» dont les services de paiement de taxe et vignette auto ont propulsé les volumes d’activité de 128%. Les grands facturiers arrivent en deuxième position des sites générant le plus de trafics (+35%). L’opérateur télécom historique occupe, en effet, au côté des régies de distribution d’eau et d’électricité (Lydec, Amendis…) une part considérable du portefeuille client du centre monétique. D’ailleurs, deux nouveaux distributeurs viennent de rejoindre le réseau. Il s’agit des régies autonomes de Fès et Kenitra. Le transport aérien se maintient dans le top 3 des sites qui engendrent le plus de trafic. Royal Air Maroc attire, à elle seule, près de 24% des traites.
    Les opérations d’achat en ligne restent très fortement dominées par les cartes marocaines (à hauteur de 90,8%). Les cartes étrangères affichent, pour leur part, sur la même période une légère régression, comme en témoigne le repli de 2,1% en volume des paiements. Ce n’est pas un hasard si la proportion des cartes nationales l’emporte largement sur leurs homologues étrangères. «L’idée de restreindre l’accès aux cartes étrangères pour le segment du paiement en ligne émane d’une décision prise par le CMI suite aux nombreux cas de fraude rencontrés», confie à L’Economiste Ismail Bellali, directeur général adjoint du CMI. Les arnaques en ligne provoquées par les détenteurs de cartes étrangères se sont intensifiées récemment au Maroc. Rien qu’en 2016, plusieurs arrestations ont eu lieu, en lien direct avec la fraude sur

    paiement_en_ligne_1_033.jpg

    A fin juin 2016, les sites commerçants ont enregistré 1,7 million d’opérations de paiement en ligne effectuées par des porteurs de cartes bancaires marocaines et étrangères, pour un montant global de 873,4 millions de DH, soit une envolée de 35,4%.L’activité reste toutefois très fortement dominée par les cartes marocaines à hauteur de 96,5% en nombre de transactions

    Internet. «Six affaires ont été traitées par la police de Rabat, Casablanca et dont une à El-Jadida la semaine dernière», fait savoir Ismail Bellali. Mais ceci n’explique pas tout. La performance des cartes bancaires étrangères est fortement corrélée au secteur touristique dont l’activité n’a pas été en grande forme lors du premier semestre.   
    Sur le volet paiement, les 12,3 millions de cartes bancaires en circulation au Maroc ont drainé l’équivalent de 8,1 milliards de DH, en amélioration de 15,9% par rapport à une année auparavant. Cette évolution est la conséquence du lancement, courant 2015, des opérations de promotion menées conjointement par les banques et le CMI. Cette campagne de sensibilisation d’envergure a été accompagnée par l’élargissement du réseau de guichets automatiques. Plus de 200 nouveaux GAB ont été installés au 1er semestre, permettant ainsi de franchir la barre des 6.700 automates.
    De leur côté, les commerçants et autres e-marchands affiliés au CMI ont enregistré pendant le 1er semestre 12,2 milliards de DH de transactions, soit une appréciation de 9,1% par rapport à une année auparavant. Mais ce montant demeure faible au regard du potentiel inexploité de l’activité. En effet, un grand nombre de commerçants sont encore réticents à l’idée de basculer vers le paiement par carte. Plusieurs d’entre eux refusent encore d’admettre que les terminaux de paiement (TPE) sont fournis gratuitement. Le CMI se rémunère pour ses coûts de gestion moyennant les commissions perçues sur la base des opérations effectuées. D’ailleurs, le centre vient de revoir à la baisse sa grille tarifaire. Un demi-point vient d’être retranché du taux de commission, ramenant celui-ci à 2,5% (maximum). La réévaluation concerne 4 secteurs: la restauration, le prêt-à-porter, les agences de voyages et les hôtels. «Une mesure qui concerne uniquement les cartes bancaires», insiste le DG adjoint du CMI.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc