×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Une nouvelle page politique s’ouvre en Tunisie

Par Ahlam NAZIH | Edition N°:4825 Le 01/08/2016 | Partager
Le président Essebsi doit choisir un premier ministre dans les 10 jours
Après que le Parlement ait retiré sa confiance au gouvernement Essid [scald=5086:sdl_editor_representation]
Des craintes d’incertitudes et d’instabilité pour les prochains mois
tunisie_025.jpg

Pour le Premier ministre tunisien, Habib Essid, dont le gouvernement est accusé d’inefficacité, c’est l’heure de partir. Essid se savait partant, mais il a tenu à prononcer un discours au Parlement, afin «d’exposer sa vision des choses au peuple et aux députés»
(Ph. AFP)

C’est un nouveau feuilleton politique qui commence en Tunisie. Le Parlement tunisien vient de retirer, samedi dernier, sa confiance au gouvernement de Habib Essid, formé il y a un an et demi. L’équipe gouvernementale, remaniée en janvier dernier, est donc de facto donnée démissionnaire. Le président Béji Caïd Essebsi doit engager des consultations dans un délai de 10 jours, pour trouver la personnalité la plus apte à enfiler le costume de premier ministre, et à former un nouvel exécutif. Pour l’instant, aucun nom n’a encore été évoqué.
Le président Essebsi s’était dit il y a deux mois en faveur d’un cabinet d’union nationale, ce qui a mis le gouvernement, accusé «d’inefficacité», sous pression. Sur les 191 députés présents samedi soir (sur un total de 217), 118 ont voté contre le renouvellement de la confiance à l’exécutif, 3 pour et 27 se sont abstenus. Habib Essid, un indépendant de 67 ans dont les députés ont salué l’intégrité tout en critiquant son bilan, se savait partant. Plusieurs partis, dont les quatre au pouvoir (Nidaa Tounès, Ennahda, Afek Tounès et l’UPL), avaient, en effet, annoncé leur intention de voter la défiance.
Après la proposition du président de monter un cabinet d’union nationale, Essid s’était dit prêt à démissionner si l’intérêt de la Tunisie l’exigeait. Il a ensuite déclaré qu’il ne partirait qui si les représentants de la nation lui retiraient leur confiance.  «Le gouvernement a fait son devoir dans plusieurs domaines… mais il y a des dossiers dans lesquels il ne peut arriver à des résultats concrets en un an et demi», s’est défendu le Premier ministre sortant, applaudi à plusieurs reprises pendant son discours. Il a également accusé les partis politiques de «faire mine d’oublier» les progrès réalisés, notamment contre le terrorisme et la cherté de la vie. Sans compter l’élaboration d’un plan quinquennal. Essid a, en outre, évoqué les manœuvres et les pressions qu’il a subies, le poussant à quitter son poste. Cela dit, la majorité des élus déplorent le «faible» bilan de son équipe, et son incapacité à trouver des solutions probantes.
Le départ de Habib Essid fait craindre une nouvelle période d’instabilité et d’incertitudes en Tunisie. Un pays déjà en proie à une crise économique, depuis sa révolution en 2011, et à des menaces terroristes.

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc