×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Euronext défie la morosité des marchés financiers

    Par Moulay Ahmed BELGHITI | Edition N°:4824 Le 29/07/2016 | Partager
    L’opérateur boursier dégage des bénéfices de 97 millions d’euros en hausse de 27%
    Le groupe a profité de sa politique de diversification et de réduction des coûts

    En dépit de conditions de marché défavorables, Euronext parvient à dégager d’importants bénéfices. L’opérateur boursier européen enregistre un bond de 72% de son résultat sur le second quart de l’année. «Cette performance s’explique en grande partie par un effet de comparaison favorable puisque le deuxième trimestre 2015 avait été plombé par des charges exceptionnelles liées à la restructuration de certaines activités». Ce poste est d’ailleurs, meilleur que prévu sur le second trimestre puisque les analystes ne tablaient que sur 40,3 millions d’euros en moyenne. Au final, Euronext termine le semestre, avec un bénéfice net en hausse de 27% à plus de 97,3 millions d’euros. Il s’agit là, selon le management, du  semestre le plus rentable du groupe depuis son introduction en Bourse en 2014. Pour atteindre ces niveaux de rentabilité, le groupe a ainsi poursuivi sa «discipline de coût extrêmement rigoureuse» qui est un élément fondamental de son projet mais aussi sa stratégie de diversification qui lui permet de générer des revenus en dehors des volumes d’échanges. Justement sur ce point, la progression est peu importante. Le chiffre d’affaires du groupe n’a que faiblement augmenté (+1,7%) pour atteindre 132,3 millions d’euros au cours du trimestre écoulé.

    Cap sur les activités 
    annexes pour réduire la baisse des volumes d’échange

     Gestionnaire des Bourses de Paris, Amsterdam, Bruxelles et Lisbonne, Euronext a subi la faible dynamique des volumes d’échanges compte tenu de l’incertitude sur les marchés, en raison des craintes sur la croissance et de la fébrilité avant le vote sur le Brexit fin juin. Mais l’opérateur a pu compenser cela par l’activité «soutenue» des introductions en Bourse, de l’information financière et des services technologiques. Ceci dit, l’horizon n’est pas totalement clair pour Euronext qui va devoir encore subir l’érosion des volumes d’échanges, comme c’est le cas déjà depuis le début du troisième trimestre. Une situation qui devrait même s’installer jusqu’en septembre, comme le prévoit le management. Il est, dans ces conditions, important pour l’opérateur boursier de développer davantage ses activités annexes tout en étant rigoureux sur les coûts. Cette politique d’optimisation va être contrariée par la charge exceptionnelle due au transfert d’activités technologiques de Dublin à Porto. Il n’empêche, Euronext réitère sa confiance dans sa capacité à remplir les objectifs qu’il s’est donnés dans son plan stratégique, avec notamment des économies de coûts et des acquisitions ciblées.

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc