×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Bac: Radioscopie des résultats

Par Ahlam NAZIH | Edition N°:4821 Le 26/07/2016 | Partager
Seul 1 candidat sur 2 décroche son diplôme, reflet de la défaillance du système
Les scientifiques s’en sortent mieux, car triés sur le volet dès le collège
bac_4821.jpg

De 2007 à aujourd’hui, le taux de réussite au baccalauréat s’est amélioré de plus de 9 points. Mais il stagne autour de 55% depuis 2010. Par ailleurs, nous sommes loin des performances enregistrées ailleurs. En France, par exemple, le taux de réussite global au bac a été de  88,5% à la session de juin 2016

55,36% des candidats au baccalauréat ont réussi leur examen. Un taux qui doit cacher bien des disparités, par région, même par quartier d’une même ville, et par genre. Les filles arrivent généralement à réaliser des résultats bien meilleurs. Cette année, elles représentent 51% des bacheliers. «L’examen du  baccalauréat peut être considéré comme une évaluation indirecte de notre système éducatif. Le taux de réussite enregistré ne fait qu’incriminer notre système, car il ne permet qu’à la moitié des élèves de réussir», estime Mohamed Ould Dada, ancien haut cadre du ministère de l’Education nationale. «Par ailleurs, sur les 55,36% qui ont réussi, seuls 25 à 30% peuvent prétendre à une place dans de grandes écoles supérieures. Au lieu d’être un diplôme, le baccalauréat s’est transformé en concours», poursuit-il.
Comme à l’accoutumée, les scientifiques se distinguent. En effet, 61,62% des candidats des branches scientifiques et techniques ont pu décrocher leur diplôme, contre seulement 47,6% des littéraires. «C’est une question d’orientation. Conformément à la Charte de l’éducation, le ministère tente d’orienter un tiers des élèves du collège vers les branches littéraires, et les deux tiers vers les filières scientifiques. Mais le choix se fait principalement sur la base de la moyenne obtenue», explique un expert de l’éducation, ancien directeur d’une académie régionale d’éducation et de formation (Aref). 
Autrement dit, les meilleurs sont automatiquement inscrits dans les formations scientifiques. Alors que les branches littéraires n’accueillent, en général, que les élèves de niveau moyen, d’où les faibles performances obtenues.
Le privé, quant à lui, arrive à réaliser des prouesses. Avec le même programme enseigné, il affiche un taux de réussite de 83,87%, contre 59,37% seulement pour le public. «Les conditions d’enseignement dans le privé sont nettement meilleures, avec des classes réduites et des professeurs engagés. Contrairement au public où les effectifs peuvent atteindre 60 élèves par salle de cours», relève l’ancien directeur d’Aref. Les parents sont également beaucoup plus engagés dans l’éducation de leurs enfants dans le privé. Cependant, les résultats peuvent être biaisés, en raison de la manipulation des notes du contrôle continu, souvent disproportionnées.  
Par ailleurs, au regard des nombreuses défaillances du système d’enseignement, qu’en est-il de la qualité des bacheliers produits? Pour rappel, sur 100 élèves du primaire, seuls 30 arrivent à obtenir leur baccalauréat.

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc