×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    L'Edito

    Ambiguïtés

    Par L'Economiste| Edition N°:1689 Le 22/01/2004 | Partager

    Les partenaires sociaux reprennent le chemin de la Primature. Le dialogue social a démarré hier. Au pas de charge, Driss Jettou rencontre chaque syndicat à part, comme il l'avait déjà fait auparavant. Une méthode de travail bien à lui. Dès sa prise de fonctions, le Premier ministre a tenu à mettre de l'ordre dans un domaine bien sensible et s'est attaqué de front à l'un des plus importants chantiers: le code du travail, qui attendait depuis plus de 25 ans. Ce code est aujourd'hui adopté et l'équipe au pouvoir veut continuer à mettre en place le nouvel environnement social. Ainsi, la volonté politique du Premier ministre de donner un contenu pratique à l'accord du 30 avril 2003 est aujourd'hui très forte. Depuis sa conclusion à la veille du 1er mai dernier, de multiples questions sur les dispositions de son application taraudent le monde du travail et de l'entreprise. Aujourd'hui, le gouvernement veut fermer définitivement ce dossier et convenir avec les centrales syndicales du contenu de l'accord pour la signature des décrets d'application. Le terrain a été déblayé, restent aujourd'hui quelques questions en suspens pour lesquelles seul le Premier ministre peut donner son arbitrage. Les dossiers sur la table de ce round de négociations concernent notamment les administrateurs, les techniciens et les enseignants du secondaire. Pour ces derniers, c'est encore le grand flou. Plusieurs d'entre eux ne savent plus à quel saint se vouer tellement les centrales syndicales semblent avoir exploité ce dossier à des desseins autres que la défense de l'intérêt des employés. Ce nouveau round du dialogue pourra-t-il lever ces ambiguïtés? En tout cas, c'est ce qu'espèrent les négociateurs. Car il serait vraiment dommage de faire marche arrière.Mohamed CHAOUI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc