×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Adrénaline

Par L'Economiste| Edition N°:1624 Le 16/10/2003 | Partager

Le monde du textile marocain est en révolution et il vient de consacrer cette démarche en obtenant le patronage royal pour ses manifestations de Marrakech.C'est une révolution d'abord dans la manière de se voir et de se concevoir dans la globalisation, comme au Maroc même.L'association professionnelle, l'Amith, a complètement changé son fusil d'épaule au cours des derniers mois. Elle est passée d'un discours pleurnicheur à une stratégie quasi à l'opposé.Dans cette autotransformation, bien sûr, les coûts de revient de chaque pièce produite demeurent importants, vitaux. Mais ils ne sont plus l'unique composante de la compétitivité. Il serait dangereux de continuer à tout baser sur le coût-minute, Si cette approche devait conduire, de proche en proche, à une spirale de régression, parce que l'avenir serait alors complètement bouché.En Europe, aux Etats-Unis, là où les coûts-minute sont les plus élevés du monde, il y a des développements du textile. Evidemment, il ne s'agit pas pour les industriels et négociants marocains de placer la barre à ce niveau. Il s'agit de prendre dans ces exemples ce qui est adaptable, reproductible. Et il y a de réelles possibilités. Les manifestations de Marrakech le montrent bien. Pour ceux qui n'y ont pas participé, la communication autour de ces rencontres définit bien le nouveau style: osé, offensif, imaginatif, voire “décalé” ou humoristique. C'est un sacré challenge mental pour les patrons et les cadres de ce secteur, au Maroc, où l'ambition et la réussite sont très (trop!) normalisées. Ils ont relevé ce défi. Ils ont certainement sauvé leur secteur. Ils ont fait plus. Ils ont donné un bon coup de jeune à leurs pairs, ils ont montré que la réussite peut aussi se trouver sur le chemin de l'audace et de l'imagination. Ce n'est pas rien. Ce n'est pas banal.C'est exactement le genre d'adrénaline qu'il faut pour ce vieux Maroc peuplé de jeunes.Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc