×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Absence

Par L'Economiste| Edition N°:3322 Le 19/07/2010 | Partager

Fin juillet, l’Union africaine se réunira à Kampala. Bien entendu, le Maroc sera absent. L’Algérie et la Rasd seront présentes. Pis encore, la semaine dernière s’est tenue à Addis-Abeba une rencontre entre l’Union africaine et l’Union européenne, le Maroc n’y était pas. La Rasd y était, elle.La politique de la chaise vide que pratique Rabat sur la scène internationale affaiblit ses positions. Ce qui permet à l’adversaire de renforcer les siennes.Déjà la présence marocaine sur la scène arabe est extrêmement faible. Sur la scène africaine, elle s’effrite.Pourtant, le Maroc développe un courant d’affaires de plus en plus important et sophistiqué avec l’Afrique; le Souverain se déplace régulièrement dans la région; le Maroc a des amitiés solides sur le continent; il reçoit un grand nombre d’étudiants qui deviennent des personnalités dans leur pays… Mais nul ne s’occupe de la capitalisation politique. Personne ne fait le lien entre la ligne stratégique et ces actes concrets. Ils restent donc éparpillés; ils ne produisent pas de sens. Comme l’a prouvé la manière lamentable dont a été gérée l’affaire de la RAM avec le Sénégal.Le Maroc ne se soucie pas de donner du sens, de montrer la logique de ses actions. Il n’en tire donc aucun bénéfice. Quoi qu’en disent les thuriféraires, Rabat devrait prendre garde. Politiquement, il pèse de moins en moins lourd en Afrique, et cela, non pas en raison de situations objectives, non pas à cause des prouesses des adversaires. Cet affaiblissement vient de l’absence de mise en oeuvre d’une stratégie clairement définie. Même les amis les plus proches du Maroc sur le continent se plaignent de ne pas savoir ce que veulent les Marocains et de l’absence systématique du Royaume quand on l’attend.Même les relations avec l’Union européenne et avec les Etats-Unis (ne parlons pas de l’Asie!) souffrent déjà de l’affaiblissement des positions africaines et arabes du Maroc.Abdelmounaïm DILAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc