×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Abîme

    Par Nadia SALAH| Edition N°:4835 Le 15/08/2016 | Partager
    salah_nadia_2015.jpg

    Le fisc aura du mal à ramener les logements sociaux vers le droit. C’est ce que montrent nos investigations (voir ci-dessus). En effet, depuis plusieurs années, cette politique ne sait plus ce qu’elle fait. Au départ, dans les années 1980, on a pas mal pataugé avec des entreprises publiques missionnées pour le logement social. Elles en ont fait, mais au compte-gouttes, laissant derrière elles de colossales ardoises chez les banques, comme des détournements de biens et abus de pouvoir (dont les derniers viennent tout juste de passer devant le juge… 25 ans après!). Puis l’idée est venue de faire participer des privés, puis de laisser faire les privés.
    L’Etat change complètement de rôle: il ne construit pas, il modifie les paramètres du marché. Il abaisse le prix des terrains, contrôle que les constructeurs construisent vraiment. Mieux, il parvient à résister à ceux qui lui font du chantage politique pour éviter qu’il leur retire le terrain non utilisé. De l’autre côté, la promotion immobilière est assainie, le marché est approvisionné, de vrais professionnels apparaissent, capables d’aller en Bourse.
    Les administrations qui ont réussi cela, avec le soutien des gouvernements El Youssoufi et Jettou, méritent d’être ici saluées.
    Hélas, cela n’a pas duré. En 2011, la mévente arrivait, mais les ministres du logement et/ou de l’urbanisme et/ou de l’aménagement ont fermé les yeux et les oreilles, contents d’avoir leurs quotas d’images d’inaugurations pour le journal télévisé. Le pourtour des villes s’est progressivement congelé, les grands promoteurs se sont effondrés sous leurs dettes, le «noir» et la fraude sont revenus… Quinze ans de bon travail social et économique furent perdus en quatre-cinq ans de mauvaise gouvernance.
    Il ne s’est trouvé personne, vraiment personne, pour arrêter cette course à l’abîme.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc