×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Abidjan

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5159 Le 30/11/2017 | Partager
    nadia_salah.jpg

    Le sommet UA-UE est évidemment dominé par les questions migratoires. Les déplacements transméditerranéens ont beau être très inférieurs aux mouvements entre l’Asie et l’Amérique, ou entre l’Amérique du Nord et celle du Sud.

    Ils ont beau être très inférieurs aux migrations intra-africaines. Et pourtant ce sont eux qui concentrent aujourd’hui des risques majeurs. Ce sont donc ces déplacements transméditerranéens qui font le coeur de la 5e rencontre des deux organisations transcontinentales, à Abidjan en ce moment.

    On part de très loin. Ainsi remarquera-t-on, pour le déplorer, que des peuples ayant conceptualisé les libertés humaines sont prêts à en marchander des morceaux en échange de frontières hermétiques. On remarquera aussi, pour le déplorer tout autant, que de ce côté-ci de Mare Nostrum, ressurgissent des violences que l’on croyait avoir surmontées.

    A Abidjan, tout cela a été posé sur la table. Et en plus, il y a toutes les arrière-pensées et les vieilles vindictes qui hantent forcément les débats. Il n’existe pas de solution simple. Il n’y a pas de miracle à attendre. Il n’existe pas le début d’un projet d’idée, et encore moins de précédent satisfaisant auxquels on puisse se raccrocher.

    Tout doit être construit par une poignée de femmes et d’hommes qui devront avoir assez de charisme et de force politique pour imaginer et imposer un avenir qui soit radicalement différent du présent.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc