×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    100 jours

    Par L'Economiste| Edition N°:2703 Le 30/01/2008 | Partager

    La barre psychologique des cent jours du Premier ministre vient d’être franchie sans qu’il ne semble avoir trouvé ses marques. L’essai réalisé lors des dernières élections n’a pas encore été transformé en arguments concrets. Si Abbas El Fassi a réussi une belle performance politique à la tête de l’Istiqlal, en tant que chef de l’exécutif, tout reste encore à faire. Sur le terrain, il n’a pas été visible sur les multiples fronts qui l’attendent. Ce déficit peut être comblé en bougeant davantage afin de susciter l’espoir et l’enthousiasme nécessaires à la conduite des affaires publiques. Sur ce registre, les attentes sont très fortes. Il faudra les prendre en compte avant que ce ne soit trop tard. Car, ce n’est un secret pour personne, la baisse de régime de l’exécutif est perceptible. Elle se mesure par la faiblesse des menus des différents conseils de gouvernement. Ensuite par les arbitrages que le Premier ministre n’aura pas rendus sur les différents dossiers remontés jusqu’à lui. Et c’est justement sur son travail et les résultats obtenus que Abbas El Fassi sera jugé tout au long de son mandat. Les spéculations politiciennes et les procès d’intention qui l’ont accompagné depuis sa nomination ne pèseront pas dans la balance. L’épisode des agences de développement ne devrait pas être un facteur inhibant. Encore moins les bagarres sur les tutelles du développement rural et de l’économie sociale. Attention, El Fassi ne doit surtout pas se laisser marcher sur les pieds en acceptant de jouer le rôle de Premier ministre de façade! Il est temps de remettre les gaz par la prise d’initiative, le suivi des dossiers et une exigence d’excellence de l’équipe au pouvoir. Mais, pour cela, il lui est impératif de se préoccuper davantage de tout ce qui est économique. En somme, le moteur du pays.Mohamed CHAOUI

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc