×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

10 millions

Par L'Economiste| Edition N°:2104 Le 08/09/2005 | Partager

Aujourd'hui, c'est la journée mondiale sur l'alphabétisation. On aurait pu s'attendre à ce qu'avec près de 10 millions de Marocains ne sachant ni lire ni écrire, le gouvernement aurait eu à coeur de préparer des actions fortes, d'expliquer ce qui est en cours et ce qu'il souhaite faire… On aurait pensé, c'était logique, qu'il en aurait profité pour rendre visibles les actions qu'il a en cours, sur le terrain. C'est d'autant plus logique que ce gouvernement comporte un secrétariat d'Etat ad hoc, avec le jeune Anis Birrou, rattaché à l'Education nationale, à la tête duquel Habib El Malki ne boude jamais la communication. On aurait aussi pensé qu'en phase de préparation budgétaire, tous ces responsables auraient tout fait pour attirer l'attention et donc de l'argent supplémentaire. Mais rien!Pourtant, 10 millions de personnes, c'est de très, très, très loin le plus immense des partis du Maroc; c'est la plus vaste des couches sociales, c'est la plus colossale des catégories socioprofessionnelles… Et pourtant, même pour leur journée mondiale, pas un mot pour eux et pour elles surtout. Quand on souligne la place des femmes dans l'analphabétisme, ce n'est pas pour sacrifier à la mode féministe, c'est de l'intérêt pur et dur. En effet, les études démographiques de la Direction de la Statistique montrent qu'une femme analphabète élève des enfants promis à la pauvreté, bien plus que n'importe quelle autre maman. Formulée plus brutalement, cette loi sociale dit: une femme analphabète et nous voilà promis à une génération supplémentaire de pauvres, donc une génération supplémentaire de sous-développement! Nous qui savons lire et écrire, nous ne sentons pas cette terrible pesanteur, ou alors à peine, autour de nous: et pourtant, le non-développement dont nous souffrons tous prend ses racines dans l'analphabétisme.Pas un mot, néanmoins sur la plus grande des plaies ouvertes de ce pays, rien, ni pour dire où on en est, qui y travaille et surtout si ça marche. N'a-t-on pas parlé d'INDH?...Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc