L'Edito

Sur ses pieds

Par Nadia SALAH| Edition N°:5134 Le 25/10/2017 | Partager
nadia_salah_s.jpg

Un conservateur foncier reconnu coupable deux fois de malversations graves dans l’exercice de sa mission et condamné à dix ans de prison ferme continue d’exercer au poste même où il a commis ses délits.
Son administration, la Conservation foncière, le protège. Pourtant, par nature,  c’est l’administration qui immatricule et protège la propriété foncière des gens, au nom et pour le compte de l’Etat. Les conservateurs et le conservateur général, leur chef, sont en conséquence des fonctionnaires ayant des devoirs spéciaux.
Or, que voit-on? Cette administration non seulement s’est cachée au lieu de faire face à un scandale public, avec intervention royale, mais en plus a décidé de protéger le fonctionnaire publiquement.
Une administration normalement constituée, a fortiori lorsqu’elle a des fonctions assermentées, décharge son fonctionnaire des travaux objets de soupçon. Et ce avant l’action judiciaire. Quand elle démarre, le fonctionnaire est relevé de toutes ses fonctions.
 S’il est condamné en première instance il doit être relevé de ses fonctions, publiquement relevé. Ces procédures sont prévues dans le statut de la fonction publique, pour protéger les citoyens et les autres fonctionnaires de ceux qui veulent abuser de leur poste. S’il y a erreur, il sera réintégré avec indemnités. Cette procédure existe pour protéger les citoyens, les autres fonctionnaires, l’Etat et la Nation.
Par un dévoiement imbécile du droit, on entend défendre l’idée, totalement fausse, qu’il faut attendre la dernière instance, la Cassation. C’est-à-dire, soyons clairs,  bien au-delà de l’âge de la retraite. C’est-à-dire par voie de conséquence, qu’il n’y a plus de sanction, donc plus de loi… Et que l’on peut mettre au pillage le patrimoine des Marocains, sans encourir la moindre sanction au nom d’une interprétation perverse, mais bien commode, des droits de l’Homme!
Allons, il est urgent de remettre les idées dans le bon sens et ce pays sur ses pieds.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc