Habillage_leco
Flash

Assange : Quel avenir pour le fondateur de Wikileaks

Par L'Economiste| Le 19/05/2017 - 15:59 | Partager
Assange : Quel avenir pour le fondateur de Wikileaks

Après l’abandon des poursuites en Suède pour viol, quelles options s’offrent au fondateur de Wikileaks, Julian Assange, réfugié depuis cinq ans dans l’ambassade d’Équateur à Londres ? Après cette longue réclusion dans des conditions spartiates à l’ambassade d’Équateur, Julian Assange est certainement impatient de retrouver l’air libre. L’ennui, c’est qu’il serait aussitôt arrêté par la police britannique pour avoir violé, en 2012, les conditions de sa liberté sous caution. Vu qu’il a déjà enfreint son contrôle judiciaire, il risquerait d’être placé en détention provisoire et encourrait une peine allant d’une simple amende à jusqu’à un an d’emprisonnement. La Grande-Bretagne a déjà annoncé qu’elle arrêtera Assange quoiqu’il arrive et refuse de confirmer ou de démentir qu’elle a déjà reçu une demande d’extradition des États-Unis.

Cette possibilité, surprenante à première vue, est notamment évoquée par le commentateur judiciaire David Allen Green. "Si Assange était détenu au Royaume-Uni, la Suède pourrait bien revoir sa décision puisque l’extradition deviendra d’un coup beaucoup plus facile". Face aux accusations de viol, Julian Assange a toujours dénoncé une manœuvre en vue de le faire extrader vers les États-Unis, où il risque d’être poursuivi pour la diffusion de documents militaires et diplomatiques confidentiels. Le camp Assange craint qu’il ne soit traité aux États-Unis comme l’informatrice de Wikileaks Chelsea Manning, condamnée en cour martiale à 35 ans de réclusion avant de voir sa peine commuée par l’ancien président Barack Obama.

De fait, le gouvernement Trump a affirmé en avril que l’arrestation de Julian Assange était une "priorité". Et selon des médias citant des responsables américains, les États-Unis sont en train de monter un dossier d’accusation. Face à ces différentes menaces et aux nombreuses incertitudes juridiques, l’Australien pourrait en fin de compte décider qu’il est plus prudent de rester à l’ambassade d’Équateur. Il fêterait le 19 juin ses cinq ans de réclusion dans cet immeuble de briques rouges situé dans le quartier chic de Knightsbridge, en face du magasin de luxe Harrods.

Avec AFP

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc