L'Edito

Conférencite

Par | Edition N°:877 Le 19/10/2000 | Partager

Ca bouge de partout. Les uns créent des entreprises, développent des services, réforment les administrations; d'autres conférencent, colloquent, tablent-rondent, déjeunent-débattent et dînent-débattent.Ces deux mois sont pleins, car Ramadan presse et n'est pas propice pour ces manifestations, où nourriture et boissons sont plus importantes que le contenu intellectuel. Les ministres et les hauts fonctionnaires qui comptent, les cadres et les hommes d'affaires qui font l'économie, ne sont jamais là. Ils n'ont pas le temps. C'est le fait d'un microcosme issu de la politique, des affaires ou de la société civile, quelques dizaines de personnes, les plus disponibles et les plus bavardes, toujours les mêmes. Ces manifestations ne sortent jamais des palaces de Casablanca et Rabat. Signe de leur succès décroissant, il y a parfois plus de gens sur le podium que dans la salle. Mais les médias relayent, trouvant matière facile à remplir les pages et les écrans. Tout cela crée une agitation qui donne une illusion d'action.On aurait aimé des inaugurations d'usine plutôt que des conférences sur l'industrie, des baisses d'impôt depuis le colloque sur la fiscalité, des bouchons en moins après les réunions sur l'aménagement du territoire.Même les entreprises sont touchées par cette conférencite aiguë et "convoquent" pour le moindre bobo du patron de prétentieuses "conférences de presse", là où elles devraient faire de la simple et saine publicité.Le Maroc a eu son époque de réunions utiles, pour former à de nouvelles idées comme la privatisation, briser des tabous comme la corruption ou dépasser des contradictions. Aujourd'hui, la tendance est à réunir des gens d'accord sur tout, comme Dupond et Dupont de Tintin, et qui ont l'impression d'en dire plus que le voisin. Car le Maroc n'a plus de problèmes d'idées; il n'a que des difficultés de mise en oeuvre. Il faut une grande conférence pour en débattre.Khalid BELYAZID

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc