L'Edito

Charm El-Cheikh

Par | Edition N°:875 Le 17/10/2000 | Partager

Le Premier ministre israélien Ehud Barak a perdu le sens de la mesure: c'est lui qui a adressé un ultimatum aux Palestiniens pour mettre un terme aux affrontements! C'est dans cet état d'esprit que se déroulent les conversations de Charm El-Cheikh. Le processus de paix, si longuement négocié, a été étouffé par la faute d'Israël.Le plus difficile à comprendre, c'est qu'il s'agit d'un gouvernement travailliste.Il y a quelques années de cela, dans le cadre de World-Media, j'ai eu l'occasion de rencontrer le rédacteur en chef du quotidien israélien Hareetz, ardent défenseur du processus de paix. Au cours d'un déjeuner en tête à tête, nous avons eu une longue discussion sur les perspectives d'avenir qui s'ouvraient après les accords d'Oslo. Mon interlocuteur m'a alors demandé: "Pour vous, en tant que Marocain, quel est votre ennemi?" Ma réponse fut, qu'en fait, nous n'en avions pas. Nous avons des rapports d'adversité avec nos voisins, mais on ne peut pas parler d'ennemi au sens où il l'entendait. Il me dit alors: "Vous êtes un peuple heureux parce que nous, Israéliens, depuis notre plus tendre enfance, tout notre environnement s'évertue à nous inculquer que l'ennemi, c'est l'Arabe". En vérité, tout le problème d'Israël est là, l'expérience ayant maintenant montré qu'il est incapable de faire la différence entre ennemi et adversité. Le premier est définitif, tandis que le second est conjoncturel et offre matière à négociation. Les gouvernements arabes ont pensé que la normalisation contribuerait à ce que les Israéliens changent la vision qu'ils ont de leur environnement. Malheureusement, Israël, par son attitude, s'avère quasiment inapte pour une démarche de paix. Les dernières déclarations du ministre israélien montrent que ce pays s'enfonce encore plus dans l'absurde. A la longue pourtant, les Israéliens finiront par comprendre que le temps ne travaille pas pour eux.Abdelmounaïm DILAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc